La saison des festival approche, mais l'incertitude autour de leur tenue en présence de milliers de spectateurs est grande. De nombreuses sorties d'albums ont été reportées, avec des répercussions en chaîne sur les disquaires, les programmateurs musicaux ou encore l'industrie des concerts. L'Ancienne Belgique (AB) a elle-même décidé de fermer ses portes jusqu'au 3 mai. Des raisons suffisantes pour qu'une quarantaine d'organisations musicales européennes tirent la sonnette d'alarme. "Face à cette situation, nous demandons un soutien public urgent et durable et une politique structurelle au niveau européen, national, régional et local pour assurer l'écosystème musical. Ainsi, il pourra à nouveau s'épanouir dans toute sa diversité", stipule la lettre ouverte. Le secteur de la musique a été l'un des premiers à être touché par la crise, et sera l'un des derniers à en sentir les effets, sans doute jusqu'en 2021, craignent les acteurs du secteur. (Belga)

La saison des festival approche, mais l'incertitude autour de leur tenue en présence de milliers de spectateurs est grande. De nombreuses sorties d'albums ont été reportées, avec des répercussions en chaîne sur les disquaires, les programmateurs musicaux ou encore l'industrie des concerts. L'Ancienne Belgique (AB) a elle-même décidé de fermer ses portes jusqu'au 3 mai. Des raisons suffisantes pour qu'une quarantaine d'organisations musicales européennes tirent la sonnette d'alarme. "Face à cette situation, nous demandons un soutien public urgent et durable et une politique structurelle au niveau européen, national, régional et local pour assurer l'écosystème musical. Ainsi, il pourra à nouveau s'épanouir dans toute sa diversité", stipule la lettre ouverte. Le secteur de la musique a été l'un des premiers à être touché par la crise, et sera l'un des derniers à en sentir les effets, sans doute jusqu'en 2021, craignent les acteurs du secteur. (Belga)