"Oui, je serai candidat. (...) Je suis totalement déterminé", a affirmé M. Bertrand, 56 ans, à l'hebdomadaire Le Point, précisant qu'il ne participerait pas à une éventuelle primaire de la droite. "Mon devoir est de battre Marine Le Pen (présidente du Rassemblement National, extrême droite) et de tout faire pour rassembler les Français", a ajouté celui qui est aujourd'hui président de la région des Hauts-de-France (Nord). Défendant sa vision d'"une France fière, redressée et réconciliée" il développe un projet "clair: restaurer l'autorité de l'État, tourner la page du centralisme parisien et refaire du travail la clé de voûte de notre projet national". Mais "je ne participerai pas à une primaire" de la droite pour désigner son candidat, ajoute-t-il, un sujet délicat alors que la droite française peine à trouver l'homme providentiel pour 2022. Plusieurs autres candidats se sont déjà lancés officiellement dans la course dont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise, gauche). L'ancien négociateur de l'Union européenne sur le Brexit Michel Barnier s'est lui aussi positionné mercredi en assurant être prêt à mener une campagne présidentielle. (Belga)

"Oui, je serai candidat. (...) Je suis totalement déterminé", a affirmé M. Bertrand, 56 ans, à l'hebdomadaire Le Point, précisant qu'il ne participerait pas à une éventuelle primaire de la droite. "Mon devoir est de battre Marine Le Pen (présidente du Rassemblement National, extrême droite) et de tout faire pour rassembler les Français", a ajouté celui qui est aujourd'hui président de la région des Hauts-de-France (Nord). Défendant sa vision d'"une France fière, redressée et réconciliée" il développe un projet "clair: restaurer l'autorité de l'État, tourner la page du centralisme parisien et refaire du travail la clé de voûte de notre projet national". Mais "je ne participerai pas à une primaire" de la droite pour désigner son candidat, ajoute-t-il, un sujet délicat alors que la droite française peine à trouver l'homme providentiel pour 2022. Plusieurs autres candidats se sont déjà lancés officiellement dans la course dont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise, gauche). L'ancien négociateur de l'Union européenne sur le Brexit Michel Barnier s'est lui aussi positionné mercredi en assurant être prêt à mener une campagne présidentielle. (Belga)