La guerre est finie et le canon qui se tait sur la ligne de front, le 11 novembre 1918, propulse des milliers de combattants au rang de vétérans. Ils sont quelque 320 000 Belges sur 360 000 mobilisés à sortir vivants de quatre années de tranchées. Et les héros sont fatigués. Comment " se civiliser " à nouveau ? La plupart n'imaginent pas refermer l'éprouvante parenthèse comme si de rien n'était. Ils sont décidés à puiser dans la douloureuse expérience du front le droit de parler haut et fort, de revendiquer, de jouer un rôle en vue dans la société rendue à la paix. Ne fût-ce qu'au nom de la dette morale dont ils se sentent porteurs envers leurs 40 000 frères d'armes qui n'ont pas eu leur chance de survivre à cinquante-deux mois de guerre.
...