Cette demande avait déjà été formulée mercredi par la ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks. Elle est basée sur un rapport d'experts allemands qui n'ont pas trouvé d'"indices concrets" que les micro-fissures de ces deux réacteurs présentent un danger.

Mais ces experts ne "peuvent pas confirmer non plus qu'il n'y en ait pas", avait souligné le ministère dans un communiqué. "Début février, nous avons pu établir une coopération étroite entre l'Allemagne et la Belgique sur la sécurité nucléaire et nous avons établi un groupe de travail. L'Allemagne a soumis en janvier des questions très précises sur l'état des choses dans les deux réacteurs.

Et les réponses de l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire belge ont été très détaillées", a affirmé M. Lüdeking lors de l'émission "Les Décodeurs" de la RTBF. Selon lui, les autorités belge et allemande ont aussi eu des entretiens les 5 et 6 avril à Bruxelles. "Nous avons soumis l'ensemble à une commission indépendante formée d'experts.

Il en est sorti un rapport qui est à l'origine de la demande de la ministre de l'Environnement de suspendre la mise en service des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2. Et notamment d'aller plus loin que des estimations théoriques, en effectuant des tests pratiques pour s'assurer que les cuves sont fiables", a ajouté l'ambassadeur.

Belga

Cette demande avait déjà été formulée mercredi par la ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks. Elle est basée sur un rapport d'experts allemands qui n'ont pas trouvé d'"indices concrets" que les micro-fissures de ces deux réacteurs présentent un danger. Mais ces experts ne "peuvent pas confirmer non plus qu'il n'y en ait pas", avait souligné le ministère dans un communiqué. "Début février, nous avons pu établir une coopération étroite entre l'Allemagne et la Belgique sur la sécurité nucléaire et nous avons établi un groupe de travail. L'Allemagne a soumis en janvier des questions très précises sur l'état des choses dans les deux réacteurs. Et les réponses de l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire belge ont été très détaillées", a affirmé M. Lüdeking lors de l'émission "Les Décodeurs" de la RTBF. Selon lui, les autorités belge et allemande ont aussi eu des entretiens les 5 et 6 avril à Bruxelles. "Nous avons soumis l'ensemble à une commission indépendante formée d'experts. Il en est sorti un rapport qui est à l'origine de la demande de la ministre de l'Environnement de suspendre la mise en service des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2. Et notamment d'aller plus loin que des estimations théoriques, en effectuant des tests pratiques pour s'assurer que les cuves sont fiables", a ajouté l'ambassadeur. Belga