"Malheureusement, les soupçons ont été confirmés" après des analyses effectuées par le laboratoire fédéral Friedrich-Loeffler, spécialisé dans ce type de virus, a déclaré Julia Klöckner, lors d'une conférence de presse. Originaire d'Afrique subsaharienne, la maladie s'est propagée en Asie et en Europe, où de nombreux cas de contaminations ont été et continuent d'êtres détectés. La peste porcine africaine "n'est pas dangereuse pour l'homme", a rappelé la ministre allemande, mais peut être fatale aux sangliers et décimer les élevages de porcs domestiques. Ce premier cas confirmé en Allemagne constitue une mauvaise nouvelle pour les éleveurs. Il pourrait remettre en cause les exportations de porcs à l'étranger, en particulier vers l'Asie. Le virus avait été détecté depuis plusieurs mois sur des sangliers en Pologne. L'Allemagne avait même érigé une clôture électrifiée sur plus de 100 kilomètres à la frontière pour empêcher des animaux infectés d'entrer dans le pays. En Belgique, un an après la découverte de la dernière carcasse de sanglier infectée, la situation évolue favorablement mais le virus n'est pas encore totalement éradiqué, a indiqué fin août la ministre wallonne de l'Environnement, Céline Tellier. Alors que les mesures de restrictions imposées dans les zones à risque sont progressivement assouplies, la ministre envisage une sortie de crise, conditionnée à l'absence de nouveaux cas positifs, pour la fin de l'année. (Belga)

"Malheureusement, les soupçons ont été confirmés" après des analyses effectuées par le laboratoire fédéral Friedrich-Loeffler, spécialisé dans ce type de virus, a déclaré Julia Klöckner, lors d'une conférence de presse. Originaire d'Afrique subsaharienne, la maladie s'est propagée en Asie et en Europe, où de nombreux cas de contaminations ont été et continuent d'êtres détectés. La peste porcine africaine "n'est pas dangereuse pour l'homme", a rappelé la ministre allemande, mais peut être fatale aux sangliers et décimer les élevages de porcs domestiques. Ce premier cas confirmé en Allemagne constitue une mauvaise nouvelle pour les éleveurs. Il pourrait remettre en cause les exportations de porcs à l'étranger, en particulier vers l'Asie. Le virus avait été détecté depuis plusieurs mois sur des sangliers en Pologne. L'Allemagne avait même érigé une clôture électrifiée sur plus de 100 kilomètres à la frontière pour empêcher des animaux infectés d'entrer dans le pays. En Belgique, un an après la découverte de la dernière carcasse de sanglier infectée, la situation évolue favorablement mais le virus n'est pas encore totalement éradiqué, a indiqué fin août la ministre wallonne de l'Environnement, Céline Tellier. Alors que les mesures de restrictions imposées dans les zones à risque sont progressivement assouplies, la ministre envisage une sortie de crise, conditionnée à l'absence de nouveaux cas positifs, pour la fin de l'année. (Belga)