L'AIE est incohérente car elle plaide d'un côté pour plus d'efficacité énergétique et une amélioration de la sécurité d'investissement et de l'autre, se prononce pour une prolongation de la durée de vie de nos centrales. "Celles-ci constituent pourtant un sérieux frein à l'émergence de nouvelles capacités de production flexibles et incitent au gaspillage d'électricité. Et remettre une fois de plus en question la planification de la sortie progressive du nucléaire, ne peut que nuire à une saine politique d'investissement", estime Arnaud Collignon, chargé de mission Énergie d'IEW, cité dans le communiqué. Les ONG voient dans les centrales nucléaires belges "vieillissantes" une "source d'instabilité pour notre approvisionnement énergétique" et reprochent à l'AIE de faire preuve "d'un manque de vision flagrant en restant figée dans un passé révolu". IEW, Bond Beter Leefmilieu (BBL), Greenpeace et WWF voient par contre d'un bon ?il les autres recommandations faites par l'AIE d'investir dans l'efficacité énergétique -surtout dans le bâtiment-, dans les énergies renouvelables et dans une meilleure interconnexion du réseau. "L'AIE pointe à juste titre l'énorme dépendance de la Belgique aux énergies fossiles et fustige notamment le système des voitures de société. C'est en effet là que se trouvent les solutions à la crise climatique et non dans l'attachement à un parc nucléaire en fin de vie", conclut Olivier Beyts, du WWF. (Belga)

L'AIE est incohérente car elle plaide d'un côté pour plus d'efficacité énergétique et une amélioration de la sécurité d'investissement et de l'autre, se prononce pour une prolongation de la durée de vie de nos centrales. "Celles-ci constituent pourtant un sérieux frein à l'émergence de nouvelles capacités de production flexibles et incitent au gaspillage d'électricité. Et remettre une fois de plus en question la planification de la sortie progressive du nucléaire, ne peut que nuire à une saine politique d'investissement", estime Arnaud Collignon, chargé de mission Énergie d'IEW, cité dans le communiqué. Les ONG voient dans les centrales nucléaires belges "vieillissantes" une "source d'instabilité pour notre approvisionnement énergétique" et reprochent à l'AIE de faire preuve "d'un manque de vision flagrant en restant figée dans un passé révolu". IEW, Bond Beter Leefmilieu (BBL), Greenpeace et WWF voient par contre d'un bon ?il les autres recommandations faites par l'AIE d'investir dans l'efficacité énergétique -surtout dans le bâtiment-, dans les énergies renouvelables et dans une meilleure interconnexion du réseau. "L'AIE pointe à juste titre l'énorme dépendance de la Belgique aux énergies fossiles et fustige notamment le système des voitures de société. C'est en effet là que se trouvent les solutions à la crise climatique et non dans l'attachement à un parc nucléaire en fin de vie", conclut Olivier Beyts, du WWF. (Belga)