"L'agriculture biologique représente 11,5 % des superficies agricoles en Wallonie. Soit une progression de l'ordre de 4% et un peu plus de 70 fermes sur un an. Le bio en Wallonie, c'est 91% de l'ensemble de la production bio belge", s'est réjoui le ministre Borsus. "La progression est constante d'année en année. On gagne non seulement en nombre de fermes, en superficies mais aussi en termes de consommation. L'objectif, très ambitieux, est d'atteindre 30% de surface agricole utile (SAU) à l'horizon 2030". Les résultats d'une étude de BioWallonie, structure d'encadrement du secteur bio, indiquent que la Wallonie comptait, au 31 décembre 2019, 1.816 fermes bio. "En 2019, on a dénombré 74 fermes en plus. En dix ans, plus de 1.000 fermes se sont converties en bio. Ce qui représente 14,3% des fermes wallonnes, soit une ferme sur sept", précise Ariane Beaudelot, pour BioWallonie. Si c'est en province du Luxembourg que l'on relève un tiers des fermes bio wallonnes, c'est la province de Namur qui a vu se développer le plus grand nombre de fermes bio entre 2018 et 2019 (+ 25). L'étude indique également que l'évolution la plus forte s'est marquée au niveau de la production de fruits et légumes. Le nombre d'animaux bio a doublé en quatre ans, principalement au niveau de la filière avicole. "Le covid-19 a entraîné une importante demande d'oeufs bio", souligne-t-on chez BioWallonie. "Il apparaît également que le Covid a eu un impact sur la farine bio. Il y a eu une grosse demande mais pour peu de moulins en Wallonie. Il convient donc de développer à ce niveau." Pour la campagne "Bio mon choix", huit ambassadeurs actifs en Wallonie ont été choisis pour porter les messages et valeurs du secteur bio. Sandrine Dans contribuera à promouvoir l'agriculture biologique en allant à la rencontre des différents producteurs. La présentatrice radio et télévision s'est dit attachée à ce secteur, au-delà du fait qu'elle soit connue pour son rôle dans "L'amour est dans le pré". "En tant qu'arrière petite-fille d'agriculteurs, tant en province du Luxembourg qu'en province de Liège, j'ai grandi dans des villages où il y avait des fermes, avec des copains et copines dont les parents étaient agriculteurs. Cela a toujours fait partie de mon ADN. J'ai grandi dans le respect de la nature, avec le rythme des saisons", a-t-elle confié. (Belga)

"L'agriculture biologique représente 11,5 % des superficies agricoles en Wallonie. Soit une progression de l'ordre de 4% et un peu plus de 70 fermes sur un an. Le bio en Wallonie, c'est 91% de l'ensemble de la production bio belge", s'est réjoui le ministre Borsus. "La progression est constante d'année en année. On gagne non seulement en nombre de fermes, en superficies mais aussi en termes de consommation. L'objectif, très ambitieux, est d'atteindre 30% de surface agricole utile (SAU) à l'horizon 2030". Les résultats d'une étude de BioWallonie, structure d'encadrement du secteur bio, indiquent que la Wallonie comptait, au 31 décembre 2019, 1.816 fermes bio. "En 2019, on a dénombré 74 fermes en plus. En dix ans, plus de 1.000 fermes se sont converties en bio. Ce qui représente 14,3% des fermes wallonnes, soit une ferme sur sept", précise Ariane Beaudelot, pour BioWallonie. Si c'est en province du Luxembourg que l'on relève un tiers des fermes bio wallonnes, c'est la province de Namur qui a vu se développer le plus grand nombre de fermes bio entre 2018 et 2019 (+ 25). L'étude indique également que l'évolution la plus forte s'est marquée au niveau de la production de fruits et légumes. Le nombre d'animaux bio a doublé en quatre ans, principalement au niveau de la filière avicole. "Le covid-19 a entraîné une importante demande d'oeufs bio", souligne-t-on chez BioWallonie. "Il apparaît également que le Covid a eu un impact sur la farine bio. Il y a eu une grosse demande mais pour peu de moulins en Wallonie. Il convient donc de développer à ce niveau." Pour la campagne "Bio mon choix", huit ambassadeurs actifs en Wallonie ont été choisis pour porter les messages et valeurs du secteur bio. Sandrine Dans contribuera à promouvoir l'agriculture biologique en allant à la rencontre des différents producteurs. La présentatrice radio et télévision s'est dit attachée à ce secteur, au-delà du fait qu'elle soit connue pour son rôle dans "L'amour est dans le pré". "En tant qu'arrière petite-fille d'agriculteurs, tant en province du Luxembourg qu'en province de Liège, j'ai grandi dans des villages où il y avait des fermes, avec des copains et copines dont les parents étaient agriculteurs. Cela a toujours fait partie de mon ADN. J'ai grandi dans le respect de la nature, avec le rythme des saisons", a-t-elle confié. (Belga)