La 7e édition de cette course unique de 24 heures réservée aux voitures solaires était initialement prévue en 2022 mais l'annulation du Bridgestone World Solar Challenge en Australie à cause de l'épidémie de coronavirus a poussé les organisateurs à inclure une manche supplémentaire à l'iESC. Les équipes ne peuvent utiliser l'énergie solaire que pendant la journée et s'arrêter la nuit au maximum deux fois pendant une heure pour recharger. Outre les qualités des pilotes et l'aérodynamisme de la voiture, la stratégie suivie a été déterminante. La voiture solaire belge est parvenue à boucler le plus grand nombre de tours en 24 heures. Il s'agit du deuxième titre européen et de la quatrième médaille d'or d'affilée pour l'équipe belge, qui participera à une nouvelle course dans le Sahara marocain le mois prochain. (Belga)

La 7e édition de cette course unique de 24 heures réservée aux voitures solaires était initialement prévue en 2022 mais l'annulation du Bridgestone World Solar Challenge en Australie à cause de l'épidémie de coronavirus a poussé les organisateurs à inclure une manche supplémentaire à l'iESC. Les équipes ne peuvent utiliser l'énergie solaire que pendant la journée et s'arrêter la nuit au maximum deux fois pendant une heure pour recharger. Outre les qualités des pilotes et l'aérodynamisme de la voiture, la stratégie suivie a été déterminante. La voiture solaire belge est parvenue à boucler le plus grand nombre de tours en 24 heures. Il s'agit du deuxième titre européen et de la quatrième médaille d'or d'affilée pour l'équipe belge, qui participera à une nouvelle course dans le Sahara marocain le mois prochain. (Belga)