Une nouvelle circulaire définit désormais clairement la collaboration entre l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) et les autorités judiciaires en matière de risques sanitaires, confirme le ministre en charge de la Sécurité alimentaire, Denis Ducarme (MR). "L'un des enseignements de la fraude de l'entreprise Veviba était l'importance de clarifier la relation entre la Justice et l'Afsca pour faciliter l'échange d'informations et mieux définir le rôle de chacun pour des dossiers de fraudes", explique le ministre. La circulaire devrait ainsi renforcer la protection du consommateur et la lutte contre la fraude. Du côté de l'Afsca, un système de code couleur devra notamment permettre d'évaluer le degré de gravité des dossiers. En l'absence d'un danger grave et imminent pour la sécurité alimentaire, le dossier devra se voir attribuer une orientation dans un délai de trois mois. L'atelier de découpe de viande Veviba à Bastogne avait été au coeur d'un scandale alimentaire en 2018, à la suite d'infractions relatives à des falsifications de renseignements sur la date de congélation de la viande et à une non-conformité de plus de 50% des produits contrôlés. (Belga)