"Mehdi Nemmouche n'est pas la personne qui a appuyé sur la détente et nous allons vous énoncer certaines preuves qui le démontrent", a déclaré Me Henri Laquay, lisant l'acte de défense de Mehdi Nemmouche, mardi après-midi, devant la cour d'assises de Bruxelles. "D'autres preuves seront produites au fur et à mesure du procès et de l'audition des témoins, mais aussi lors de nos plaidoiries. Nous ne les évoquerons pas avant de crainte que certains témoins comme les enquêteurs n'adaptent leurs réponses à nos questions", a poursuivi le pénaliste. "La première preuve de l'innocence de Mehdi Nemmouche est que le tireur a manipulé par trois fois la porte d'entrée du musée. Or, l'ADN de Mehdi Nemmouche n'est pas sur cette porte", a déclaré Me Laquay. "Et il apparaît de l'analyse des images de vidéo-surveillance que le tireur ne portait pas de gants". (Belga)

"Mehdi Nemmouche n'est pas la personne qui a appuyé sur la détente et nous allons vous énoncer certaines preuves qui le démontrent", a déclaré Me Henri Laquay, lisant l'acte de défense de Mehdi Nemmouche, mardi après-midi, devant la cour d'assises de Bruxelles. "D'autres preuves seront produites au fur et à mesure du procès et de l'audition des témoins, mais aussi lors de nos plaidoiries. Nous ne les évoquerons pas avant de crainte que certains témoins comme les enquêteurs n'adaptent leurs réponses à nos questions", a poursuivi le pénaliste. "La première preuve de l'innocence de Mehdi Nemmouche est que le tireur a manipulé par trois fois la porte d'entrée du musée. Or, l'ADN de Mehdi Nemmouche n'est pas sur cette porte", a déclaré Me Laquay. "Et il apparaît de l'analyse des images de vidéo-surveillance que le tireur ne portait pas de gants". (Belga)