Washington "suspend temporairement la mise en oeuvre de certains transferts et ventes en cours de matériel de défense américain", "pour permettre aux nouveaux dirigeants de les réexaminer", a assuré un responsable interrogé par l'AFP. Il s'agit de "faire en sorte que les ventes d'armes par les Etats-Unis répondent à nos objectifs stratégiques", a-t-il ajouté, évoquant "une mesure de routine administrative typique de la plupart des transitions". La mesure est toutefois spectaculaire car elle concerne notamment des munitions de précision promises à l'Arabie saoudite, et des F-35 vendus aux Emirats arabes unis en échange de la reconnaissance par ce pays du Golfe de l'Etat d'Israël, sous l'égide de Donald Trump. Ryad, très proche allié des Etats-Unis notamment sous l'administration Trump, dirige une coalition militaire en soutien du gouvernement du Yémen dans le conflit qui l'oppose aux rebelles Houtis, appuyés par l'Iran. Les Emirats en font aussi partie. Or les démocrates et certains républicains dénoncent depuis longtemps le soutien américain à cette coalition, accusée de nombreuses bavures contre les civils. (Belga)

Washington "suspend temporairement la mise en oeuvre de certains transferts et ventes en cours de matériel de défense américain", "pour permettre aux nouveaux dirigeants de les réexaminer", a assuré un responsable interrogé par l'AFP. Il s'agit de "faire en sorte que les ventes d'armes par les Etats-Unis répondent à nos objectifs stratégiques", a-t-il ajouté, évoquant "une mesure de routine administrative typique de la plupart des transitions". La mesure est toutefois spectaculaire car elle concerne notamment des munitions de précision promises à l'Arabie saoudite, et des F-35 vendus aux Emirats arabes unis en échange de la reconnaissance par ce pays du Golfe de l'Etat d'Israël, sous l'égide de Donald Trump. Ryad, très proche allié des Etats-Unis notamment sous l'administration Trump, dirige une coalition militaire en soutien du gouvernement du Yémen dans le conflit qui l'oppose aux rebelles Houtis, appuyés par l'Iran. Les Emirats en font aussi partie. Or les démocrates et certains républicains dénoncent depuis longtemps le soutien américain à cette coalition, accusée de nombreuses bavures contre les civils. (Belga)