L'étude, menée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (UNEP), stipule que la précédente estimation de 70 à 100 milliards de dollars nécessaires afin de financer le coût de l'adaptation pour les pays en développement était "probablement significativement sous-estimée". Il est ainsi question d'un montant de 140 à 300 milliards de dollars par an d'ici 2030 et de 280 à 500 milliards de dollars par an d'ici 2050. L'UNEP exhorte les États à canaliser plus de fonds dans ce but, faisant remarquer que les coûts vont "sensiblement" augmenter, même dans le cas de figure où l'on parvient à limiter la hausse de la température globale à 2 degrés Celsius, déterminée lors du sommet climatique de Paris en décembre dernier. "Ce rapport est un rappel puissant du fait que le coût le climat continuera à avoir un sérieux coût économique", a commenté Ibrahim Thiaw, directeur exécutif adjoint de l'UNEP. (Belga)

L'étude, menée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (UNEP), stipule que la précédente estimation de 70 à 100 milliards de dollars nécessaires afin de financer le coût de l'adaptation pour les pays en développement était "probablement significativement sous-estimée". Il est ainsi question d'un montant de 140 à 300 milliards de dollars par an d'ici 2030 et de 280 à 500 milliards de dollars par an d'ici 2050. L'UNEP exhorte les États à canaliser plus de fonds dans ce but, faisant remarquer que les coûts vont "sensiblement" augmenter, même dans le cas de figure où l'on parvient à limiter la hausse de la température globale à 2 degrés Celsius, déterminée lors du sommet climatique de Paris en décembre dernier. "Ce rapport est un rappel puissant du fait que le coût le climat continuera à avoir un sérieux coût économique", a commenté Ibrahim Thiaw, directeur exécutif adjoint de l'UNEP. (Belga)