Un arrêté ministériel datant du 23 mars avait contraint les maisons de joie à rester portes closes afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus. Faute de directives déterminées par le Conseil national de Sécurité, la commune de Saint-Josse avait ensuite pris un arrêté de police le 10 juin dernier qui maintenait les établissements de prostitution fermés jusqu'au 30 juin inclus. Mais, à la suite d'un travail de concertation avec le secteur, une charte relative à la déontologie et à l'activité de prostitution dans le quartier nord a été adoptée vendredi dernier. Celle-ci a permis d'anticiper de quelques jours la date de réouverture des lupanars dans la commune. "Aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies pour permettre la reprise des activités de prostitution, non seulement dans le respect des règles sanitaires en vigueur mais aussi dans celui de la vocation résidentielle du quartier", a estimé le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir (PS), cité dans un communiqué. En parallèle à la reprise, l'élu local entend poursuivre le dialogue avec l'ensemble des acteurs. "Des rencontres régulières entre les autorités communales et les associations représentatives du secteur sont donc prévues. Elles permettront d'assurer le respect de la charte ainsi que du protocole sanitaire prévu pour cette activité", a-t-il souligné. La commune bruxelloise a par ailleurs indiqué qu'elle fournirait, dans le courant de la semaine, une partie du matériel de protection nécessaire (produits d'hygiène, masques respiratoires, gel hydroalcoolique, etc.). (Belga)

Un arrêté ministériel datant du 23 mars avait contraint les maisons de joie à rester portes closes afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus. Faute de directives déterminées par le Conseil national de Sécurité, la commune de Saint-Josse avait ensuite pris un arrêté de police le 10 juin dernier qui maintenait les établissements de prostitution fermés jusqu'au 30 juin inclus. Mais, à la suite d'un travail de concertation avec le secteur, une charte relative à la déontologie et à l'activité de prostitution dans le quartier nord a été adoptée vendredi dernier. Celle-ci a permis d'anticiper de quelques jours la date de réouverture des lupanars dans la commune. "Aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies pour permettre la reprise des activités de prostitution, non seulement dans le respect des règles sanitaires en vigueur mais aussi dans celui de la vocation résidentielle du quartier", a estimé le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir (PS), cité dans un communiqué. En parallèle à la reprise, l'élu local entend poursuivre le dialogue avec l'ensemble des acteurs. "Des rencontres régulières entre les autorités communales et les associations représentatives du secteur sont donc prévues. Elles permettront d'assurer le respect de la charte ainsi que du protocole sanitaire prévu pour cette activité", a-t-il souligné. La commune bruxelloise a par ailleurs indiqué qu'elle fournirait, dans le courant de la semaine, une partie du matériel de protection nécessaire (produits d'hygiène, masques respiratoires, gel hydroalcoolique, etc.). (Belga)