La situation y est comparable à celle des pires conditions connues dans les camps de réfugiés du monde. Ces camps doivent fermer au plus vite et les personnes être transférées sur le continent européen, a affirmé M. Christou après une visite aux camps de Lesbos et Samos. Cela n'a rien à voir avec le principe d'humanité, pourtant une valeur européenne, selon M. Christou. Les victimes de torture, les personnes souffrant de maladies mentales et les enfants y bénéficient de trop peu de soins. Ces réfugiés vivent parfois depuis deux ans sous des tentes en plastique. "Non seulement on n'aide pas ces gens mais leur situation empire", affirme encore Christos Christou. Le médecin critique aussi les plans du gouvernement grec d'installer des centres fermés sur ces îles. "Tôt ou tard, cela va devenir des prisons". La décision de transférer des milliers de personnes sur le continent ne va pas non plus apporter d'amélioration fondamentale. "Il n'y a pas assez de logements adéquats". (Belga)