Le 23 juillet, le pays gémissait sous une vague de chaleur. Sur le point de partir en vacances, les principaux ministres du gouvernement fédéral ont réussi à conclure un " accord de travail" dans le but de mettre plus de gens au travail. L'idée-clé : relever les allocations de chômage les premiers mois, mais ensuite les réduire fortement.
...

Le 23 juillet, le pays gémissait sous une vague de chaleur. Sur le point de partir en vacances, les principaux ministres du gouvernement fédéral ont réussi à conclure un " accord de travail" dans le but de mettre plus de gens au travail. L'idée-clé : relever les allocations de chômage les premiers mois, mais ensuite les réduire fortement.Une personne en était particulièrement heureuse : Stijn Baert, économiste spécialisé en travail (Université de Gand). En avril, il avait littéralement déclaré à Knack : "Il me semble beaucoup plus judicieux de verser une indemnité de chômage un peu plus élevée au départ, afin de chercher un nouvel emploi durable en gardant le même niveau de vie. Au bout d'un certain temps, je réduirais cette indemnité plus fortement qu'aujourd'hui, de sorte que le chômeur soit encouragé à intensifier ses recherches".Et c'est exactement ce que le gouvernement Michel a décidé lors de cette chaude nuit d'été: à partir du début de 2019, il y aura "une dégressivité accrue des prestations", comme on dit. Cette convention collective est à peu près la dernière grande décision politique du gouvernement Michel.Puis tout le monde est parti en vacances et la situation s'est calmée. Jusqu'à ce que seize économistes écrivent une opinion dans le quotidien De Standaard intitulée "Les allocations ne sont pas un petit jeu de plus/moins". Des pontes tels que André Decoster (KU Leuven), Frank Vandenbroucke (Université d'Amsterdam) et Johannes Spinnewijn (London School of Economics) ont exprimé de sérieuses réserves quant à la réforme prévue des allocations de chômage. Non seulement ils doutent que la baisse des prestations incite les gens à chercher du travail, mais ils disent aussi que la réforme érode l'un des objectifs fondamentaux du système de chômage, à savoir "protéger les gens contre la perte de revenus". En fait, ils suggèrent que ce serait une bonne idée d'augmenter les allocations au fur et à mesure que l'on reste au chômage. Tout le contraire des idées de Stijn Baert et de ce que prévoit le gouvernement Michel.Pendant ce temps, le professeur Wim Van Lancker a travaillé à Louvain sur sa propre analyse de l'accord de travail. Elle paraîtra bientôt dans le magazine SamPol, mais Van Lancker fait déjà part à Knack de ses conclusions. Pendant des années, Van Lancker a étudié la pauvreté et les inégalités à l'Université d'Anvers. L'année dernière, il a été nommé professeur à la KU Leuven. "Le point de départ de Baert et du gouvernement est correct, dit Van Lancker. De nombreuses études menées dans différents pays montrent que les gens trouvent du travail plus rapidement s'ils reçoivent ou menacent de recevoir des prestations moins élevées. Mais les seize économistes qui s'interrogent sur ce point ont également raison: l'allocation de chômage est une assurance contre la perte de revenus, et si vous la réduisez, vous poussez ces personnes dans la pauvreté."Et donc, déclare Van Lancker, il y une tension : "Les indemnités doivent être suffisamment faibles pour encourager les chômeurs à chercher du travail, mais elles doivent aussi être suffisamment élevées pour qu'ils puissent continuer à percevoir un revenu décent", explique Van Lancker. Il n'est pas favorable à une augmentation des allocations de chômage en fonction de la durée du chômage, "parce qu'alors on supprime l'incitation à chercher du travail". Mais il désapprouve la baisse drastique des allocations en cas de chômage de longue durée, "parce que les allocations de chômage belges sont déjà très faibles".Non généreux Van Lancker se branche sur son ordinateur portable et fait apparaître quelques statistiques de l'OCDE. "Examinons le taux de remplacement net : la part de votre dernier revenu perçue après que vous soyez devenu chômeur. Cela dépend, entre autres, de votre type de famille. Pour un couple dont une personne travaille pour un salaire moyen, le taux de remplacement net, après impôts et allocations familiales incluses, est de 64%. Concrètement : si vous gagniez 100 euros quand vous aviez du travail, vous retomberez à 64 euros en début de chômage. Ce n'est pas généreux et c'est moins élevé qu'aux Pays-Bas, en Allemagne et au Danemark. Et cela s'applique à tous les types de ménage, peu importe que vous travailliez pour un salaire minimum ou un salaire élevé : chez nous, le taux de remplacement est toujours très bas."Mais comment le taux de remplacement net évolue-t-il lorsque vous êtes chômeur de longue durée ? Van Lancker montre un autre graphique : "Le taux de remplacement baisse moins fort chez nous que dans beaucoup d'autres pays. On voit bien qu'aux Pays-Bas et au Danemark, par exemple, le taux de remplacement diminue beaucoup plus fortement, mais ils partent aussi de chiffres beaucoup plus élevés. Au Danemark, si vous êtes au chômage pendant deux ans, vous ne subissez pas de perte pendant deux ans, mais après, vous retomberez à 67%. C'est toujours nettement plus élevé que chez nous, parce qu'après deux ans de chômage, vous avez un taux de remplacement de 57%."Van Lancker souligne également que le gouvernement Di Rupo a déjà réduit les allocations de chômage pour les chômeurs de longue durée depuis 2012. Cela a accru la pauvreté. "Le Conseil Central de l'Économie a calculé que le risque de pauvreté a augmenté de 7 points de pourcentage en raison de l'accélération de la dégressivité décidée par Di Rupo, explique Van Lancker. Aujourd'hui, le risque de pauvreté pour les chômeurs de longue durée est de plus de 50%. Il est probable qu'une nouvelle réduction des allocations de chômage pour les chômeurs de longue durée poussera encore plus de personnes dans la pauvreté."Pas encore de montants Selon Van Lancker, c'est précisément le problème de la pauvreté qui n'est pas suffisamment abordé dans le débat. Si vous augmentez les prestations au début du chômage, comme le gouvernement Michel le prévoit, cela coûtera de l'argent. Van Lancker : "Le gouvernement ne veut pas que la réforme coûte de l'argent et il ne veut pas augmenter les chiffres de la pauvreté. Cela me semble une tâche impossible."Le gouvernement Michel souhaite déployer les plans dès le début de 2019, dans trois mois. Toutefois, aucun chiffre concret n'est encore disponible quant à l'augmentation des indemnités au cours des six premiers mois et quant à leur diminution par la suite. Le ministre de l'Emploi Kris Peeters (CD&V) doit présenter une proposition concrète en novembre. Il n'est pas clair non plus si la réforme permet à un plus grand nombre de personnes de trouver un emploi, ce qui est l'objectif ultime. Stijn Baert est convaincu qu'un plus grand nombre de personnes seront en mesure de travailler de la sorte, " mais que 12.500 ou 6.250 emplois soient créés, c'est impossible à prévoir".Van Lancker comprend cela, mais ce qu'il comprend moins, c'est que "personne n'a encore quantifié si la dégressivité que le gouvernement Di Rupo a introduite il y a six ans a rapporté des emplois. Nous n'en avons aucune idée. La réponse aurait au moins pu indiquer si l'opération que le gouvernement Michel veut maintenant mener à bien permettra à plus de gens de trouver du travail. Ah, dans ce pays, les politiques sont rarement élaborées sur base d'évaluations et d'analyses sérieuses."La critique fondamentale de Van Lancker est sévère : cette réforme, c'est beaucoup de bruit pour rien. Il existe déjà une grande différence financière entre le travail et le chômage. Au cours des dernières décennies, il y a eu de nombreuses réformes qui ont augmenté les revenus nets des travailleurs, comme la prime à l'emploi, et qui ont dû encourager les chômeurs à chercher du travail, telle que l'intervention de Di Rupo. L'incitation à chercher du travail est déjà très forte. Et puis le gouvernement Michel annonce en grande pompe une entente sur une plus grande dégressivité des indemnités, mais celle-ci ne peut être que très limitée, car l'opération doit être budgétairement neutre et on ne souhaite pas accroître la pauvreté. Pensent-ils vraiment qu'il est possible de mettre plus de chômeurs au travail en augmentant un peu plus l'incitatif ? Non, il est indécent de prétendre que c'est la grande solution aux problèmes du marché du travail. Cela ne servira pas à grand-chose. Dans quelque temps, nous dirons : de quoi nous inquiétions-nous à l'époque ?Limiter dans le temps Et qu'en est-il de la discussion sur la limitation du chômage dans le temps ? La Belgique est encore le seul pays où ce n'est pas le cas. Les partis gouvernementaux N-VA et Open VLD, entre autres, insistent fortement sur ce point. Les seize économistes qui prônent une augmentation des allocations de chômage n'en parlent pas dans leur article d'opinion. Stijn Baert n'y est pas favorable, confiait-il à Knack il y a six mois : "Cela revient à lâcher le chômeur et montre que vous avez perdu confiance en lui. Comment pourrait-il y croire lui-même ? Il vaut mieux continuer à l'activer et à lui demander de faire des efforts pour trouver un emploi en échange d'une indemnité".Je ne suis pas contre la limitation des allocations de chômage dans le temps, mais les efforts d'activation pour aider les gens à trouver un emploi doivent être intensifiés et les revenus d'intégration augmentés. Parce que si vous limitez les allocations de chômage à deux ou trois ans, comme dans d'autres pays, encore plus de gens devront faire appel au revenu d'intégration. Et les revenus d'intégration sont très bas, ils sont bien en dessous du seuil de pauvreté. De plus, la pression sur les CPAS et donc sur les autorités locales augmentera encore plus, car le gouvernement fédéral ne rembourse pas entièrement le revenu d'intégration. Cela signifie que la responsabilité de l'État-providence est transférée du niveau central au niveau local. Je ne pense pas que ce soit une bonne évolution."Idéalement, les allocations de chômage et les autres prestations devraient être augmentées au niveau des Pays-Bas, voire mieux encore, comme au Danemark, estime Van Lancker. Dans ce cas, vous pouvez également réduire plus clairement les allocations de chômage au fur et à mesure que vous restez au chômage. Et même les cesser après un certain temps, et les remplacer par un revenu d'intégration décent. Mais ensuite, bien sûr, on se heurte à nos contraintes budgétaires.Cependant, ni une limitation dans le temps ni une réduction accélérée des prestations ne résoudront les plus grands problèmes du marché du travail, estime Van Lancker. "Nous sommes particulièrement confrontés au problème des chômeurs de longue durée et des inactifs. Un peu plus de la moitié de nos chômeurs sont des chômeurs de longue durée et près de trois Belges sur dix âgés entre 25 et 64 ans ne travaillent pas. Toutefois, la plupart d'entre eux ne sont pas inclus dans les statistiques du chômage, car ils ne sont pas activement à la recherche d'un emploi. Nous devons remettre ce groupe au travail, et il ne suffit pas de rendre les prestations dégressives. Pour ce faire, il faut élaborer une véritable politique, avoir une vision, travailler sur le long terme. Et c'est justement ce qu'on ne fait pas."Chômeurs de longue durée Van Lancker explique que ces chômeurs de longue durée et inactifs sont souvent des personnes âgées, peu qualifiées, des jeunes sans qualifications et des migrants non européens. Par exemple, nous avons le taux d'emploi le plus bas de tous les pays industrialisés parmi les immigrants non ressortissants de l'UE. 26% des migrants non ressortissants de l'UE ne perçoivent pas d'allocations, mais n'ont pas non plus d'emploi. Est-ce que quelqu'un pense vraiment que nous pouvons mettre tous ces gens au travail en bricolant un peu les indemnités?Pour Van Lancker, la solution réside dans la formation et le recyclage. "Des études montrent qu'il s'agit de mesures très efficaces pour accroître les possibilités d'emploi. J'admets qu'on y prête une certaine attention dans l'accord de travail. A l'avenir, les personnes licenciées devront se présenter à l'agence pour l'emploi dans un délai d'un mois, avant même la résiliation de leur contrat. Les demandeurs d'emploi qui suivent un cours ou un stage pour un métier en pénurie ne verront pas leurs prestations diminuer. D'accord, mais il faut miser encore beaucoup plus sur de telles mesures. Ici aussi, nous pouvons prendre l'exemple du Danemark : la transition du chômage à l'emploi y est plus rapide et s'y fait à plus grande échelle, car l'activation est beaucoup plus efficace. Ce n'est pas du tout ce qui se passe chez nous."Selon Van Lancker, l'accord sur l'emploi se concentre principalement sur les demandeurs d'emploi, l'offre sur le marché du travail. On accorde beaucoup moins d'attention aux emplois disponibles, du côté de la demande. "Il y a un décalage énorme. La plupart des emplois créés exigent certains diplômes ou compétences que les chômeurs de longue durée ou les jeunes sans diplôme ne possèdent pas. Nous devons veiller à ce qu'il y ait des emplois pour eux aussi. Le tax shift du gouvernement Michel aurait pu améliorer la situation, mais il a oeuvré à une réduction générale des cotisations patronales et salariales. Cela a permis de créer quelques emplois, mais pas tellement pour les personnes peu qualifiées ou les chômeurs âgés. Le tax shift n'était pas assez orienté vers eux. Une baisse de charges plus ciblée aurait pu les aider ".