Les statistiques de l'Institut de santé publique Sciensano montrent qu'entre le 3 et le 9 septembre, pas moins de 636 cas positifs ont été dépistés en moyenne par jour, en hausse de 38% par rapport aux sept jours précédents. "Une accélération de ces chiffres n'est pas bon signe, alors qu'on devrait observer une stabilisation. C'est inquiétant", a mis en garde Steven Van Gucht. Contrairement au mois de juillet, lorsque l'augmentation des cas se concentrait dans les centres-villes et leur périphérie, la résurgence du virus est désormais constatée dans toutes les provinces. "Dans certaines d'entre elles, comme en Flandre occidentale, le nombre de cas double en l'espace d'une semaine", précise-t-il. La recrudescence des contaminations intervient sur le fond de rentrée scolaire et de retours de vacances dans des zones rouges. Mais le virus continue de se transmettre au sein des familles également. C'est pourquoi le virologue rappelle l'importance des gestes barrières. "Il faut s'imposer une certaine discipline", ajoute-t-il. Selon lui, "l'heure n'est pas encore venue d'assouplir les mesures, dont certaines - comme le port du masque et le respect de la bulle sociale - devraient être reformulées". Le nombre de décès liés au coronavirus est, lui, en baisse. "C'est une bonne nouvelle. Cela signifie que nous parvenons à protéger les groupes à risques", conclut Steven Van Gucht, bien qu'il n'exclue pas une évolution défavorable comme cela s'est produit en Espagne. (Belga)

Les statistiques de l'Institut de santé publique Sciensano montrent qu'entre le 3 et le 9 septembre, pas moins de 636 cas positifs ont été dépistés en moyenne par jour, en hausse de 38% par rapport aux sept jours précédents. "Une accélération de ces chiffres n'est pas bon signe, alors qu'on devrait observer une stabilisation. C'est inquiétant", a mis en garde Steven Van Gucht. Contrairement au mois de juillet, lorsque l'augmentation des cas se concentrait dans les centres-villes et leur périphérie, la résurgence du virus est désormais constatée dans toutes les provinces. "Dans certaines d'entre elles, comme en Flandre occidentale, le nombre de cas double en l'espace d'une semaine", précise-t-il. La recrudescence des contaminations intervient sur le fond de rentrée scolaire et de retours de vacances dans des zones rouges. Mais le virus continue de se transmettre au sein des familles également. C'est pourquoi le virologue rappelle l'importance des gestes barrières. "Il faut s'imposer une certaine discipline", ajoute-t-il. Selon lui, "l'heure n'est pas encore venue d'assouplir les mesures, dont certaines - comme le port du masque et le respect de la bulle sociale - devraient être reformulées". Le nombre de décès liés au coronavirus est, lui, en baisse. "C'est une bonne nouvelle. Cela signifie que nous parvenons à protéger les groupes à risques", conclut Steven Van Gucht, bien qu'il n'exclue pas une évolution défavorable comme cela s'est produit en Espagne. (Belga)