L'Absym se joint ainsi au plaidoyer de la Belgian Pediatric Covid-19 Task Force, soulignant qu'il n'y a "aucune raison médicale de ne pas rouvrir complètement les écoles à partir du 1er septembre prochain". Le risque de contamination par le Covid-19 à l'école est, selon l'association, "très faible". "Ne pas aller à l'école engendre une grande privation sociale chez les enfants et des risques psychosociaux, en particulier pour les groupes les plus vulnérables", poursuit le communiqué. "En plus de cela, il y a le retard dans l'apprentissage et le rendu de la matière qui ne pourra plus être comblé". L'Absym insiste pour soutenir un maximum les écoles et le corps enseignant "pour qu'ils prennent des mesures de sécurité réalistes et réalisables". La durée de la pandémie de Sars-CoV-2 étant par ailleurs imprévisible, l'association estime que "nous n'avons, en tant que société, pas d'autre choix que d'ouvrir toutes les portes de l'école, sans aucune restriction, le 1er septembre prochain." (Belga)

L'Absym se joint ainsi au plaidoyer de la Belgian Pediatric Covid-19 Task Force, soulignant qu'il n'y a "aucune raison médicale de ne pas rouvrir complètement les écoles à partir du 1er septembre prochain". Le risque de contamination par le Covid-19 à l'école est, selon l'association, "très faible". "Ne pas aller à l'école engendre une grande privation sociale chez les enfants et des risques psychosociaux, en particulier pour les groupes les plus vulnérables", poursuit le communiqué. "En plus de cela, il y a le retard dans l'apprentissage et le rendu de la matière qui ne pourra plus être comblé". L'Absym insiste pour soutenir un maximum les écoles et le corps enseignant "pour qu'ils prennent des mesures de sécurité réalistes et réalisables". La durée de la pandémie de Sars-CoV-2 étant par ailleurs imprévisible, l'association estime que "nous n'avons, en tant que société, pas d'autre choix que d'ouvrir toutes les portes de l'école, sans aucune restriction, le 1er septembre prochain." (Belga)