Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement, l'organisation coupole de la pédiatrie demande que les enfants de moins de 12 ans ne soient seulement testés que si le médecin traitant le juge utile. Selon les signataires du courrier, les enfants infectés de moins de 12 ans sont peu voire pas malades, alors que les parents et enseignants ont eu la possibilité de se faire vacciner. "Tester les enfants, imposer des masques buccaux et des quarantaines va à l'encontre du principe 'primum non nocere' (en premier, ne pas nuire, NDLR), qui figure dans le serment d'Hippocrate", a réagi le vice-président de l'Absym Luc Henry dans un communiqué de presse publié mercredi. "Selon les pédiatres, ces mesures draconiennes causent beaucoup plus de dommages à court et à long terme aux enfants que l'infection elle-même", conclut-il. Outre cela, les pédiatres prônent également un renforcement des mesures concernant les adultes, notamment sur la généralisation du pass sanitaire. (Belga)

Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement, l'organisation coupole de la pédiatrie demande que les enfants de moins de 12 ans ne soient seulement testés que si le médecin traitant le juge utile. Selon les signataires du courrier, les enfants infectés de moins de 12 ans sont peu voire pas malades, alors que les parents et enseignants ont eu la possibilité de se faire vacciner. "Tester les enfants, imposer des masques buccaux et des quarantaines va à l'encontre du principe 'primum non nocere' (en premier, ne pas nuire, NDLR), qui figure dans le serment d'Hippocrate", a réagi le vice-président de l'Absym Luc Henry dans un communiqué de presse publié mercredi. "Selon les pédiatres, ces mesures draconiennes causent beaucoup plus de dommages à court et à long terme aux enfants que l'infection elle-même", conclut-il. Outre cela, les pédiatres prônent également un renforcement des mesures concernant les adultes, notamment sur la généralisation du pass sanitaire. (Belga)