Un accord intra-belge sur la répartition des efforts climat ne pourra en effet pas être trouvé à court terme, et a fortiori lors de la COP26 à Glasgow, en raison de positions encore trop éloignées entre les uns et les autres, a annoncé mardi le ministre wallon du Climat, Philippe Henry (Ecolo). Le cdH y voit un "échec cuisant" pour la Belgique". "Nos craintes se confirment et le discours prononcé début de semaine dernière par notre Premier ministre à Glasgow n'aura pas été salvateur dans les négociations intra-belges sur la répartition des efforts climatiques à fournir", pointe Céline Fremault, cheffe de groupe cdH au Parlement bruxellois et ancienne ministre régionale de l'Environnement. "Lorsque je présidais la Commission Nationale Climat, nous avons obtenu un accord après près d'un an d'intenses négociations et avec des partenaires politiques de couleurs toutes différentes. Aujourd'hui, trois ministres sur quatre sont Ecolo et semblent s'étonner de ne pas parvenir à un consensus au dernier moment, sans travail préparatoire suffisant. Cela souligne encore comme l'ambition climatique est une mission impossible sans bonne gouvernance en Belgique", poursuit Céline Fremault. "Très pratiquement, c'est toute la concrétisation de nos projets pour atteindre les objectifs de Paris et la coopération avec les pays du Sud qui sont menacés", souligne de son côté Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH à la Chambre. Via Twitter, le président de DéFI François De Smet a également déploré cette situation. "Notre pays est une fois de plus ridicule sur la question climatique. Ne pas parvenir à une position commune sur un sujet aussi fondamental prouve à la fois un déficit de structures efficaces ET de volontés politiques pour s'élever au-dessus des intérêts à court terme." (Belga)

Un accord intra-belge sur la répartition des efforts climat ne pourra en effet pas être trouvé à court terme, et a fortiori lors de la COP26 à Glasgow, en raison de positions encore trop éloignées entre les uns et les autres, a annoncé mardi le ministre wallon du Climat, Philippe Henry (Ecolo). Le cdH y voit un "échec cuisant" pour la Belgique". "Nos craintes se confirment et le discours prononcé début de semaine dernière par notre Premier ministre à Glasgow n'aura pas été salvateur dans les négociations intra-belges sur la répartition des efforts climatiques à fournir", pointe Céline Fremault, cheffe de groupe cdH au Parlement bruxellois et ancienne ministre régionale de l'Environnement. "Lorsque je présidais la Commission Nationale Climat, nous avons obtenu un accord après près d'un an d'intenses négociations et avec des partenaires politiques de couleurs toutes différentes. Aujourd'hui, trois ministres sur quatre sont Ecolo et semblent s'étonner de ne pas parvenir à un consensus au dernier moment, sans travail préparatoire suffisant. Cela souligne encore comme l'ambition climatique est une mission impossible sans bonne gouvernance en Belgique", poursuit Céline Fremault. "Très pratiquement, c'est toute la concrétisation de nos projets pour atteindre les objectifs de Paris et la coopération avec les pays du Sud qui sont menacés", souligne de son côté Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH à la Chambre. Via Twitter, le président de DéFI François De Smet a également déploré cette situation. "Notre pays est une fois de plus ridicule sur la question climatique. Ne pas parvenir à une position commune sur un sujet aussi fondamental prouve à la fois un déficit de structures efficaces ET de volontés politiques pour s'élever au-dessus des intérêts à court terme." (Belga)