"Ce que personne ne voyait, c'est que j'organisais presque tout en coulisses. J'avais aussi des choses à dire, mais je n'en ai presque jamais eu l'opportunité. Les rapports entre Anuna et moi n'ont cessé de se détériorer. On se disputait souvent, notamment parce que nous devions constamment faire face à beaucoup de stress."

En outre, la jeune femme affirme qu'on lui a interdit d'apparaitre dans les médias, qu'on l'a laissée de côté et qu'elle a dû abandonner son profil sur les réseaux sociaux.

Elle assure que sa démarche n'est pas une "attaque personnelle" contre Anuna De Wever. Kyra Gantois remet cependant en cause les explications de cette dernière quant aux incidents survenus au Pukkelpop. "Elle dit ne rien savoir parce qu'elle dormait, mais elle peut dire que les jeunes qui l'ont importunée portaient des drapeaux flamands. Je ne suis derrière aucun parti, mais j'étais contre le retrait des drapeaux", précise la jeune femme, qui a été "frustrée" par la plainte déposée et l'enquête ouverte par le parquet.

L'activiste continuera néanmoins à se mobiliser pour le climat. "J'ai lancé Youth for Climate par conviction, indépendamment de mes liens avec Anuna et le reste du mouvement. Je continuerai à poursuivre mes objectifs."