La N-VA a indiqué que son positionnement avait été inspiré par le souhait affiché par le PS de revenir au pouvoir à tous les niveaux. La formation nationaliste entend contrer cette "Reconquista". "Il y a deux choses qui frappent. Apparemment, la N-VA a besoin d'un ennemi pour entamer sa campagne. Ensuite, il y a la langue guerrière que l'on parle", a commenté mardi matin Kris Peeters, lors du programme de la VRT radio "De Ochtend". "Nous n'allons pas participer au jeu de la N-VA. Nous allons préparer notre campagne à notre rythme avec notre propre point de vue", a-t-il ajouté. Aux yeux du Vice-premier ministre CD&V, la N-VA semble vouloir forcer les autres partis à mettre en avant un candidat ministre-président pour la Flandre. "Nous allons faire nos affaires clairement sur le plan du contenu, sans avoir d'ennemi ou en chercher un. Nous viendrons avec les bonnes personnes au bon moment et n'allons pas nous laisser presser, certainement pas par la N-VA", a encore dit le Vice-premier ministre CD&V. (Belga)

La N-VA a indiqué que son positionnement avait été inspiré par le souhait affiché par le PS de revenir au pouvoir à tous les niveaux. La formation nationaliste entend contrer cette "Reconquista". "Il y a deux choses qui frappent. Apparemment, la N-VA a besoin d'un ennemi pour entamer sa campagne. Ensuite, il y a la langue guerrière que l'on parle", a commenté mardi matin Kris Peeters, lors du programme de la VRT radio "De Ochtend". "Nous n'allons pas participer au jeu de la N-VA. Nous allons préparer notre campagne à notre rythme avec notre propre point de vue", a-t-il ajouté. Aux yeux du Vice-premier ministre CD&V, la N-VA semble vouloir forcer les autres partis à mettre en avant un candidat ministre-président pour la Flandre. "Nous allons faire nos affaires clairement sur le plan du contenu, sans avoir d'ennemi ou en chercher un. Nous viendrons avec les bonnes personnes au bon moment et n'allons pas nous laisser presser, certainement pas par la N-VA", a encore dit le Vice-premier ministre CD&V. (Belga)