Le lanceur lourd européen s'est arraché du sol à 19h04, heure de Kourou, soit 00h04, heure de Paris dans la nuit du 15 au 16 août. La mission doit durer environ 48 minutes du décollage jusqu'à la séparation des satellites. Le décollage, initialement programmé pour le 28 juillet, avait une première fois été repoussé "afin de procéder à des inspections techniques complémentaires", puis à nouveau à cause "d'un comportement anormal d'une sonde dans le réservoir hydrogène liquide de l'étage principal cryotechnique". Et une troisième fois, jeudi, pour des "conditions défavorables de vent en altitude". Arianespace signe là son premier lancement depuis le gel des activités du port spatial européen décrété mi-mars par le Centre national d'études spatiales (CNES) en raison du Covid-19. Une fusée européenne Vega devait décoller mi-juin mais le lancement a dû être reporté plusieurs fois à cause de conditions météo particulièrement défavorables. Ariane 5 emporte avec elle deux satellites de télécommunications (Galaxy 30 et BSAT-4b) au profit des opérateurs Intelsat et B-SAT et un véhicule de maintenance de satellites (MEV-2) qui s'arrimera à un autre appareil déjà en orbite (Intelsat 10-02). "Une fois arrimé, il contrôlera l'orbite du satellite client à l'aide de ses propres propulseurs. Après sa mission pour IS-10-02, MEV-2 se désarrimera et se tiendra à disposition du véhicule d'un autre client", précise Arianespace dont c'est le premier lancement d'un véhicule de maintenance satellitaire. (Belga)

Le lanceur lourd européen s'est arraché du sol à 19h04, heure de Kourou, soit 00h04, heure de Paris dans la nuit du 15 au 16 août. La mission doit durer environ 48 minutes du décollage jusqu'à la séparation des satellites. Le décollage, initialement programmé pour le 28 juillet, avait une première fois été repoussé "afin de procéder à des inspections techniques complémentaires", puis à nouveau à cause "d'un comportement anormal d'une sonde dans le réservoir hydrogène liquide de l'étage principal cryotechnique". Et une troisième fois, jeudi, pour des "conditions défavorables de vent en altitude". Arianespace signe là son premier lancement depuis le gel des activités du port spatial européen décrété mi-mars par le Centre national d'études spatiales (CNES) en raison du Covid-19. Une fusée européenne Vega devait décoller mi-juin mais le lancement a dû être reporté plusieurs fois à cause de conditions météo particulièrement défavorables. Ariane 5 emporte avec elle deux satellites de télécommunications (Galaxy 30 et BSAT-4b) au profit des opérateurs Intelsat et B-SAT et un véhicule de maintenance de satellites (MEV-2) qui s'arrimera à un autre appareil déjà en orbite (Intelsat 10-02). "Une fois arrimé, il contrôlera l'orbite du satellite client à l'aide de ses propres propulseurs. Après sa mission pour IS-10-02, MEV-2 se désarrimera et se tiendra à disposition du véhicule d'un autre client", précise Arianespace dont c'est le premier lancement d'un véhicule de maintenance satellitaire. (Belga)