Trois hommes et une femme, dont deux ayant également la nationalité belge, inculpés pour des liens avec le groupe terroriste Etat islamique, ont été condamné à des peines allant de douze mois à 10 ans de prison, selon un communiqué du tribunal de Pristina. Ils avaient été inculpés en octobre pour avoir planifié des attentats contre des soldats de la force de l'Otan au Kosovo (KFor), contre quatre églises serbes orthodoxes et contre deux discothèques dans l'enclave serbe de Gracanica (centre-est), avec des explosifs ou des attaques suicides. Ils étaient également accusés de vouloir perpétrer des attaques en France et en Belgique. La grande majorité des quelque 1,8 million d'habitants du Kosovo sont des Albanais de confession musulmane. Environ 120.000 Serbes (chrétiens orthodoxes) vivent dans le secteur de la ville divisée de Mitrovica (nord) et dans une dizaine d'enclaves. Selon les procureurs, les préparatifs des attaques contre des églises étaient les plus avancés et les attentats ont été "empêchés par des arrestations". Le chef de ce groupe, Bujar Behrami, 26 ans, détenteur aussi de la nationalité belge, a été arrêté en septembre. Les trois autres, Gramos Shabani, 26 ans, ayant lui aussi la nationalité belge, Resim Kastrati, 26 ans, et Edona Haliti, 25 ans, ont été arrêtés en juin. Deux autre personnes ont été condamnées à des peines plus légères pour ne pas avoir informés les autorités des plans des principaux accusés, bien qu'elles fussent au courant. Quelque 300 Kosovars sont allés combattre en Syrie et en Irak. Environ 70 y auraient perdu la vie, tandis qu'environ 120 en sont revenus pour être la plupart du temps emprisonnés. (Belga)