Le 27 mai dernier, une proposition de loi "portant des dispositions diverses en matière de justice, notamment dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus", a été déposée à la Chambre. L'urgence de son examen a en outre été demandée et approuvée. L'objectif de ce texte est de rendre pérennes des mesures incluses dans un arrêté royal pris par le gouvernement dans le cadre de la crise du Covid-19. Il prévoit notamment le prolongement des délais de procédure en justice ou encore le recours généralisé à la procédure écrite. Ce texte a déjà fait l'objet de nombreuses critiques émanant du monde judiciaire. Ecolo-Groen a de son côté dénoncé dans un communiqué un "hold up". Jeudi en séance plénière, la députée DéFI Sophie Rohonyi a à son tour relayé ces inquiétudes. "Ce n'est pas un projet de loi de Koen Geens mais une proposition de loi du CD&V", a répondu le ministre de la Justice. "Il a été présenté aux dix partis (qui soutiennent les pouvoirs spéciaux) et une large majorité a réclamé un traitement urgent." "Vous, et pas moi, avez alors convenu que l'on attendrait différents avis avant de lancer les débats. Il a aussi été convenu que certains points pourraient être retirés s'ils ne faisaient pas consensus (à la lecture des différents avis), je pense par exemple à la généralisation de la procédure écrite." "Je lis également que le débat parlementaire aurait déjà commencé. Non, il aura lieu à partir du 24 juin et il y aura encore une concertation entre les partis, dont le vôtre", a-t-il lancé à l'attention de la députée amarante. Sur le fond, Koen Geens a malgré tout défendu la réforme de la procédure pénale telle qu'envisagée. "C'est un bon produit plein de bon sens", a-t-il fait valoir. (Belga)

Le 27 mai dernier, une proposition de loi "portant des dispositions diverses en matière de justice, notamment dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus", a été déposée à la Chambre. L'urgence de son examen a en outre été demandée et approuvée. L'objectif de ce texte est de rendre pérennes des mesures incluses dans un arrêté royal pris par le gouvernement dans le cadre de la crise du Covid-19. Il prévoit notamment le prolongement des délais de procédure en justice ou encore le recours généralisé à la procédure écrite. Ce texte a déjà fait l'objet de nombreuses critiques émanant du monde judiciaire. Ecolo-Groen a de son côté dénoncé dans un communiqué un "hold up". Jeudi en séance plénière, la députée DéFI Sophie Rohonyi a à son tour relayé ces inquiétudes. "Ce n'est pas un projet de loi de Koen Geens mais une proposition de loi du CD&V", a répondu le ministre de la Justice. "Il a été présenté aux dix partis (qui soutiennent les pouvoirs spéciaux) et une large majorité a réclamé un traitement urgent." "Vous, et pas moi, avez alors convenu que l'on attendrait différents avis avant de lancer les débats. Il a aussi été convenu que certains points pourraient être retirés s'ils ne faisaient pas consensus (à la lecture des différents avis), je pense par exemple à la généralisation de la procédure écrite." "Je lis également que le débat parlementaire aurait déjà commencé. Non, il aura lieu à partir du 24 juin et il y aura encore une concertation entre les partis, dont le vôtre", a-t-il lancé à l'attention de la députée amarante. Sur le fond, Koen Geens a malgré tout défendu la réforme de la procédure pénale telle qu'envisagée. "C'est un bon produit plein de bon sens", a-t-il fait valoir. (Belga)