Omurbek Tekebayev, 58 ans, à la tête du parti socialiste Ata-Meken, a été arrêté alors qu'il venait d'atterrir à l'aéroport de la capitale, a affirmé le comité d'État pour la sécurité nationale dans un communiqué. Cet opposant, connu pour être un ardent adversaire du président Almazbek Atambaïev, sera placé en détention pour au moins 48 heures dans le cadre d'une enquête pour corruption au sein d'une compagnie de télécom, a précisé ce communiqué. M. Tekebayev, qui n'est pas candidat à la présidentielle du 19 novembre pour le moment, avait récemment demandé que le président sortant fasse l'objet d'une procédure de destitution. Il avait également appelé les autorités à enquêter sur M. Atambaïev et sa famille, qu'il soupçonne de corruption. Le Kirghizstan, république à majorité musulmane de six millions d'habitants, a vécu deux révolutions en 25 ans d'indépendance, avec la chute du chef de l'État en place en 2005 puis 2010, ainsi que de nombreux épisodes de violences ethniques. Depuis l'arrivée pacifique au pouvoir de M. Atambaïev en 2011, le pays s'est rapproché de la Russie, où travaillent des centaines de milliers de ses citoyens. La situation politique dans le pays contraste avec celle en Ouzbékistan ou au Turkménistan, où les présidents Chavkat Mirzioïev et Gourbangouly Berdymukhamedov ont été élus avec des scores de plus de 85% face à des candidats réduits à faire de la figuration. (Belga)

Omurbek Tekebayev, 58 ans, à la tête du parti socialiste Ata-Meken, a été arrêté alors qu'il venait d'atterrir à l'aéroport de la capitale, a affirmé le comité d'État pour la sécurité nationale dans un communiqué. Cet opposant, connu pour être un ardent adversaire du président Almazbek Atambaïev, sera placé en détention pour au moins 48 heures dans le cadre d'une enquête pour corruption au sein d'une compagnie de télécom, a précisé ce communiqué. M. Tekebayev, qui n'est pas candidat à la présidentielle du 19 novembre pour le moment, avait récemment demandé que le président sortant fasse l'objet d'une procédure de destitution. Il avait également appelé les autorités à enquêter sur M. Atambaïev et sa famille, qu'il soupçonne de corruption. Le Kirghizstan, république à majorité musulmane de six millions d'habitants, a vécu deux révolutions en 25 ans d'indépendance, avec la chute du chef de l'État en place en 2005 puis 2010, ainsi que de nombreux épisodes de violences ethniques. Depuis l'arrivée pacifique au pouvoir de M. Atambaïev en 2011, le pays s'est rapproché de la Russie, où travaillent des centaines de milliers de ses citoyens. La situation politique dans le pays contraste avec celle en Ouzbékistan ou au Turkménistan, où les présidents Chavkat Mirzioïev et Gourbangouly Berdymukhamedov ont été élus avec des scores de plus de 85% face à des candidats réduits à faire de la figuration. (Belga)