"Notre président aura des discussions jeudi avec le leader nord-coréen Kim Jong Un", a déclaré aux journalistes Iouri Ouchakov. Cette rencontre, la première entre les deux chefs d'Etat, est un "évènement clé dans les relations bilatérales" entre les deux pays, a-t-il ajouté. L'agence officielle nord-coréenne KCNA a déjà annoncé mardi que M. Kim allait "prochainement effectuer une visite en Russie à l'invitation" du président Poutine. "La rencontre sera centrée sur la résolution politico-diplomatique du problème nucléaire dans la péninsule coréenne", a précisé Iouri Ouchakov, ajoutant que "la Russie a l'intention de soutenir de toutes les façons possibles les tendances positives" en la matière. L'attente autour de ce sommet n'a cessé de grandir depuis que le Kremlin a annoncé la semaine dernière que les deux chefs d'Etat se retrouveraient en Russie "dans la deuxième moitié du mois d'avril". A Vladivostok, important port russe sur le Pacifique situé à quelques centaines de kilomètres seulement de la frontière avec la Corée du Nord, des drapeaux russes et nord-coréens étaient déjà hissé dans les rues en prévision du sommet. Il s'agira du premier sommet entre les leaders des deux pays depuis que Kim Jong Il - le père de l'actuel dirigeant nord-coréen - a rencontré Dmitri Medvedev, l'actuel Premier ministre russe alors président, il y a huit ans. La Russie entretient de longue date des relations plutôt amicales avec Pyongyang et lui fournit de l'aide alimentaire. Le président Vladimir Poutine a exprimé depuis longtemps sa disponibilité pour une rencontre avec le leader nord-coréen. Leur rencontre intervient moins de deux mois après le deuxième sommet entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump, organisé à Hanoï, et qui s'est achevé sans parvenir à un accord sur le sort de l'arsenal nucléaire nord-coréen. (Belga)

"Notre président aura des discussions jeudi avec le leader nord-coréen Kim Jong Un", a déclaré aux journalistes Iouri Ouchakov. Cette rencontre, la première entre les deux chefs d'Etat, est un "évènement clé dans les relations bilatérales" entre les deux pays, a-t-il ajouté. L'agence officielle nord-coréenne KCNA a déjà annoncé mardi que M. Kim allait "prochainement effectuer une visite en Russie à l'invitation" du président Poutine. "La rencontre sera centrée sur la résolution politico-diplomatique du problème nucléaire dans la péninsule coréenne", a précisé Iouri Ouchakov, ajoutant que "la Russie a l'intention de soutenir de toutes les façons possibles les tendances positives" en la matière. L'attente autour de ce sommet n'a cessé de grandir depuis que le Kremlin a annoncé la semaine dernière que les deux chefs d'Etat se retrouveraient en Russie "dans la deuxième moitié du mois d'avril". A Vladivostok, important port russe sur le Pacifique situé à quelques centaines de kilomètres seulement de la frontière avec la Corée du Nord, des drapeaux russes et nord-coréens étaient déjà hissé dans les rues en prévision du sommet. Il s'agira du premier sommet entre les leaders des deux pays depuis que Kim Jong Il - le père de l'actuel dirigeant nord-coréen - a rencontré Dmitri Medvedev, l'actuel Premier ministre russe alors président, il y a huit ans. La Russie entretient de longue date des relations plutôt amicales avec Pyongyang et lui fournit de l'aide alimentaire. Le président Vladimir Poutine a exprimé depuis longtemps sa disponibilité pour une rencontre avec le leader nord-coréen. Leur rencontre intervient moins de deux mois après le deuxième sommet entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump, organisé à Hanoï, et qui s'est achevé sans parvenir à un accord sur le sort de l'arsenal nucléaire nord-coréen. (Belga)