Après avoir elle-même enquêté pendant six mois sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a indiqué dans un rapport avoir "déterminé qu'il existe des éléments de preuve crédibles, justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle des hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier". Le secrétaire général de l'ONU devrait mettre sur pied une enquête pénale internationale sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a estimé mercredi Agnès Callamard, qui tient l'Arabie saoudite pour responsable de son "exécution". Dans un rapport, Agnès Callamard, affirmant que la mort du journaliste constitue une "exécution extrajudiciaire", a souligné que le chef des Nations unies, Antonio Guterres, "devrait lui-même être en mesure d'ouvrir une enquête pénale internationale de suivi sans qu'un Etat n'ait à intervenir". (Belga)