L'épidémie s'est déclarée en novembre dans ce camp qui accueille environ 350.000 personnes, a précisé Osman Yussuf Ahmed, du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR). Elle s'est propagée en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur le pays pendant plusieurs semaines. "Le plus important c'est l'hygiène", a expliqué M. Ahmed, assurant que l'ONU ne laissait "rien au hasard" en répandant du chlore dans le camp et en distribuant du savon aux réfugiés. Maladie hautement contagieuse, le choléra se transmet par l'eau contaminée par des excréments humains. Après une courte période d'incubation de deux à cinq jours, le choléra provoque une sévère diarrhée et la déshydratation du corps, puis faute de traitement rapide une mort en quelques heures. Les réfugiés sont arrivés à Dadaab en plusieurs vagues depuis 1991, poussés par la guerre civile et la famine. (Belga)

L'épidémie s'est déclarée en novembre dans ce camp qui accueille environ 350.000 personnes, a précisé Osman Yussuf Ahmed, du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR). Elle s'est propagée en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur le pays pendant plusieurs semaines. "Le plus important c'est l'hygiène", a expliqué M. Ahmed, assurant que l'ONU ne laissait "rien au hasard" en répandant du chlore dans le camp et en distribuant du savon aux réfugiés. Maladie hautement contagieuse, le choléra se transmet par l'eau contaminée par des excréments humains. Après une courte période d'incubation de deux à cinq jours, le choléra provoque une sévère diarrhée et la déshydratation du corps, puis faute de traitement rapide une mort en quelques heures. Les réfugiés sont arrivés à Dadaab en plusieurs vagues depuis 1991, poussés par la guerre civile et la famine. (Belga)