Via une ruse par hameçonnage ciblant des députés et des collaborateurs du parti, les pirates ont tenté de se procurer les codes d'accès du serveur de courrier électronique d'Ecolo.

Si aucun député n'est pas tombé dans le piège, un collaborateur du parti s'est toutefois laissé abuser, permettant alors aux hackers d'oeuvrer durant quelques heures.

L'analyse de leur recherche a permis de mettre en évidence qu'ils travaillaient sur les mots-clés "Gilkinet" et "Anticor", nom d'une organisation de lutte contre la corruption.

"Ces hackers ont même réalisé un faux site web qui ressemble assez fortement à notre webmail. C'est clairement une opération faite par des professionnels", selon Vincent Van Osta, le responsable du service informatique d'Ecolo.

"Ils recherchaient des mails de Georges Gilkinet et... d'Anticor-Belgium, association qui s'intéresse à la corruption et parle du Khazakgate. Georges Gilkinet était clairement la cible de cette attaque hyper-sophistiquée. Mais heureusement, nos défenses internes et notre réaction rapide les ont empêché de parvenir à leurs fins".

Le site internet Intelligence Online affirmait le 10 mai dernier que les avocats de Chodiev -qui ont entamé une action en justice contre le député vert- ont également commissionné une agence de renseignement états-unienne pour s'intéresser aux relations de Georges Gilkinet.

"C'est du jamais vu et ça ne peut évidemment pas rester sans réaction. Ces méthodes de gangster sont absolument inacceptables dans une démocratie", a réagi le coprésident d'Ecolo, Patrick Dupriez.

Le parti étudie la possibilité de saisir la Computer Crime Unit (CCU) de la police fédérale.

Via une ruse par hameçonnage ciblant des députés et des collaborateurs du parti, les pirates ont tenté de se procurer les codes d'accès du serveur de courrier électronique d'Ecolo. Si aucun député n'est pas tombé dans le piège, un collaborateur du parti s'est toutefois laissé abuser, permettant alors aux hackers d'oeuvrer durant quelques heures. L'analyse de leur recherche a permis de mettre en évidence qu'ils travaillaient sur les mots-clés "Gilkinet" et "Anticor", nom d'une organisation de lutte contre la corruption. "Ces hackers ont même réalisé un faux site web qui ressemble assez fortement à notre webmail. C'est clairement une opération faite par des professionnels", selon Vincent Van Osta, le responsable du service informatique d'Ecolo. "Ils recherchaient des mails de Georges Gilkinet et... d'Anticor-Belgium, association qui s'intéresse à la corruption et parle du Khazakgate. Georges Gilkinet était clairement la cible de cette attaque hyper-sophistiquée. Mais heureusement, nos défenses internes et notre réaction rapide les ont empêché de parvenir à leurs fins". Le site internet Intelligence Online affirmait le 10 mai dernier que les avocats de Chodiev -qui ont entamé une action en justice contre le député vert- ont également commissionné une agence de renseignement états-unienne pour s'intéresser aux relations de Georges Gilkinet. "C'est du jamais vu et ça ne peut évidemment pas rester sans réaction. Ces méthodes de gangster sont absolument inacceptables dans une démocratie", a réagi le coprésident d'Ecolo, Patrick Dupriez. Le parti étudie la possibilité de saisir la Computer Crime Unit (CCU) de la police fédérale.