Le magistrat aurait bloqué des factures durant des années. Certains interprètes ont intenté des actions contre l'Etat belge. En cause, des prestations du soir et du week-end demandées par des magistrats. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), confirme que l'ex-président du tribunal avait demandé de diminuer le montant budgété de plusieurs états de frais en raison de " soupçons d'irrégularités " lors de prestations urgentes, hors jours ouvrables (tarif doublé).

Il est désormais question d'urgence, dit le ministre, lorsque le traducteur-interprète doit traduire plus de 2 100 mots par jour pour respecter l'échéance. A l'avenir, il y aura séparation stricte entre le magistrat requérant (contrôle de qualité) et le bureau des frais de justice qui gère les états de frais. Dans le nouveau système, la partie non contestée de l'état de frais sera payée.

M. La.