A partir d'un taux de cinq microgrammes de plomb par décilitre de sang, l'intoxication atteint un niveau critique, précise le rapport, le premier du genre. Environ un enfant sur trois, soit 800 millions d'enfants dans le monde, observe ce taux. La moitié de ces enfants sont recensés en Asie du Sud. En Belgique, 400.000 enfants auraient ce taux de plomb dans le sang, et 40.000 ont un taux supérieur ou égal à dix microgrammes par décilitre. La présence de plomb dans le sang cause des dégâts au cerveau des enfants, particulièrement graves chez les moins de cinq ans. Des troubles mentaux et des comportements peuvent aussi en résulter, selon le rapport. D'autres séquelles possibles sont des lésions rénales ainsi que des maladies cardiovasculaires. Le recyclage des batteries en plomb, de manière informelle et non conforme, libère de la poussière de plomb. Ce recyclage est surtout pratiqué dans les pays en voie de développement, où le nombre de voitures est en forte augmentation. L'exposition au plomb vient aussi des canalisations, d'activités industrielles, de jouets, de boîtes de conserve, de cosmétiques, etc. Depuis l'élimination de l'essence et de la peinture aux plombs, les intoxications ont déjà pu diminuer mondialement, mais restent importantes dans les pays pauvres. (Belga)

A partir d'un taux de cinq microgrammes de plomb par décilitre de sang, l'intoxication atteint un niveau critique, précise le rapport, le premier du genre. Environ un enfant sur trois, soit 800 millions d'enfants dans le monde, observe ce taux. La moitié de ces enfants sont recensés en Asie du Sud. En Belgique, 400.000 enfants auraient ce taux de plomb dans le sang, et 40.000 ont un taux supérieur ou égal à dix microgrammes par décilitre. La présence de plomb dans le sang cause des dégâts au cerveau des enfants, particulièrement graves chez les moins de cinq ans. Des troubles mentaux et des comportements peuvent aussi en résulter, selon le rapport. D'autres séquelles possibles sont des lésions rénales ainsi que des maladies cardiovasculaires. Le recyclage des batteries en plomb, de manière informelle et non conforme, libère de la poussière de plomb. Ce recyclage est surtout pratiqué dans les pays en voie de développement, où le nombre de voitures est en forte augmentation. L'exposition au plomb vient aussi des canalisations, d'activités industrielles, de jouets, de boîtes de conserve, de cosmétiques, etc. Depuis l'élimination de l'essence et de la peinture aux plombs, les intoxications ont déjà pu diminuer mondialement, mais restent importantes dans les pays pauvres. (Belga)