Jürgen Conings, un caporal aux idées extrémistes, avait disparu le 17 mai après avoir volé des armes lourdes à la caserne de Bourg-Léopold (Limbourg). Une lettre avait ensuite été retrouvée où il menaçait le gouvernement, son employeur et des virologues. Il avait aussi été repéré rôdant autour de l'habitation du virologue Marc Van Ranst. Un mois après sa disparition, il avait finalement été retrouvé mort dans un bois de Dilsen-Stokkem. Il s'était suicidé. La date exacte du décès du militaire n'est pas connue car en raison des conditions météorologiques variables en mai et juin, les experts n'ont pu déterminer qu'un éventail très large de l'heure de la mort, ressort-il de l'interview du procureur fédéral sur Radio 1. Cependant, un élément semble indiquer qu'il se serait suicidé peu après sa disparition : son podomètre. L'application de santé du smartphone de Jürgen Conings indiquait encore 800 pas effectués le 18 mai et ensuite plus rien. "Le juge d'instruction a requis des actes d'enquête supplémentaires pour déterminer une heure plus précise de la mort, dans la mesure du possible", a encore ajouté M. Van Leeuw dans cette interview. Le parquet fédéral ne fera pas davantage de commentaires. Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be. (Belga)

Jürgen Conings, un caporal aux idées extrémistes, avait disparu le 17 mai après avoir volé des armes lourdes à la caserne de Bourg-Léopold (Limbourg). Une lettre avait ensuite été retrouvée où il menaçait le gouvernement, son employeur et des virologues. Il avait aussi été repéré rôdant autour de l'habitation du virologue Marc Van Ranst. Un mois après sa disparition, il avait finalement été retrouvé mort dans un bois de Dilsen-Stokkem. Il s'était suicidé. La date exacte du décès du militaire n'est pas connue car en raison des conditions météorologiques variables en mai et juin, les experts n'ont pu déterminer qu'un éventail très large de l'heure de la mort, ressort-il de l'interview du procureur fédéral sur Radio 1. Cependant, un élément semble indiquer qu'il se serait suicidé peu après sa disparition : son podomètre. L'application de santé du smartphone de Jürgen Conings indiquait encore 800 pas effectués le 18 mai et ensuite plus rien. "Le juge d'instruction a requis des actes d'enquête supplémentaires pour déterminer une heure plus précise de la mort, dans la mesure du possible", a encore ajouté M. Van Leeuw dans cette interview. Le parquet fédéral ne fera pas davantage de commentaires. Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be. (Belga)