"J'en ai assez que, régulièrement, on accuse la Commission européenne et l'UE de ne pas faire suffisamment. La Commission a fait tout ce qui était en son pouvoir mais certains Etats membres ont du mal a transposer ce qu'ils ont adopté", a fustigé M. Juncker, lors d'une conférence de presse. "Ce n'est pas possible qu'une proposition de la Commission qui a été acceptée au Conseil et au Parlement européen au sujet de la relocalisation des réfugiés ne soit pas transposée ensuite", a-t-il poursuivi. "Certains Etats membres estiment qu'ils ne peuvent plus accepter de réfugiés mais il faut maintenu mettre en ?uvre les décisions qui ont été prises", a exhorté le Luxembourgeois. Il a annoncé que son institution présenterait dans les prochains mois des propositions pour "mettre sur pied un système d'immigration légale." Il souhaite que les Européens se mettent d'accord sur un principe commun à toute l'Union "pour que les gens qui arrivent chez nous aient la possibilité d'exercer un travail légalement plutôt que de séjourner sans rien faire sur notre territoire". "Ceux qui passent leur temps à ne rien faire n'arriveront jamais à s'intégrer, nous avons besoin d'un système qui aide les personnes à trouver un emploi et pas qui les en écarte", a-t-il observé. (Belga)

"J'en ai assez que, régulièrement, on accuse la Commission européenne et l'UE de ne pas faire suffisamment. La Commission a fait tout ce qui était en son pouvoir mais certains Etats membres ont du mal a transposer ce qu'ils ont adopté", a fustigé M. Juncker, lors d'une conférence de presse. "Ce n'est pas possible qu'une proposition de la Commission qui a été acceptée au Conseil et au Parlement européen au sujet de la relocalisation des réfugiés ne soit pas transposée ensuite", a-t-il poursuivi. "Certains Etats membres estiment qu'ils ne peuvent plus accepter de réfugiés mais il faut maintenu mettre en ?uvre les décisions qui ont été prises", a exhorté le Luxembourgeois. Il a annoncé que son institution présenterait dans les prochains mois des propositions pour "mettre sur pied un système d'immigration légale." Il souhaite que les Européens se mettent d'accord sur un principe commun à toute l'Union "pour que les gens qui arrivent chez nous aient la possibilité d'exercer un travail légalement plutôt que de séjourner sans rien faire sur notre territoire". "Ceux qui passent leur temps à ne rien faire n'arriveront jamais à s'intégrer, nous avons besoin d'un système qui aide les personnes à trouver un emploi et pas qui les en écarte", a-t-il observé. (Belga)