"Je constate, depuis une trentaine d'années que je pratique la Côte belge, que la tolérance s'est corrigée vers le bas. Il y a trente ans, j'étais chez le boulanger, le boucher, je pouvais passer mes commandes en français; aujourd'hui on ne l'accepte plus. Donc je parle l'Allemand - ils acceptent les Allemands, plus les francophones", commente M. Juncker, alors qu'un sondage ce samedi donne les nationalistes de la N-VA et les extrémistes du Vlaams Belang majoritaires au Parlement flamand.

L'homme, qui s'est souvent démarqué par sa liberté de ton, déplore que la Belgique ne soit pas "le modèle d'une cohabitation réussie, ce qui me rend triste." Mais il refuse de voir dans ce mal belge le symptôme d'un problème européen. "C'est du Belge pur, un phénomène régional. La Belgique est un État, mais les communautés se considèrent être des nations - je veux parler de la Flandre. La Wallonie n'a pas d'elle-même une conception nationale, alors que la Flandre se croit et se comporte comme nation. Et ça reste un miracle de voir ces deux entités, si disparates finalement, vivre ensemble sans vivre ensemble."

Le président de l'exécutif européen, qui passera le relais le 1er novembre à l'Allemande Ursula von der Leyen, considère que la Belgique est la seule nation en Europe qui ne soit pas fière d'elle-même. "Mais moi je suis fier pour la Belgique de la Belgique, parce que c'est un beau pays, avec des gens talentueux, ingénieux", ajoute-t-il. Évoquant son bilan à la tête de la Commission, Jean-Claude Juncker réitère les bons et mauvais points qu'il s'attribue dans diverses interviews publiées ces derniers temps. Parmi les regrets, il se dit "triste de ne pas avoir réussi à faire aimer l'Europe aux Européens." "Il y a toujours une distance entre les Européens et l'Europe qui me chagrine. Bien que selon les derniers sondages, l'Union européenne n'a jamais été aussi aimée des Européens qu'elle ne l'est. Je lis que les résultats des sondages sont bons, mais je n'y crois pas."

Sur Twitter, la députée cdH Catherine Fonck a réagi à cette sortie, estimant que l'ancien président de la Commission européenne "exagère". "Certains politiques sont dans ce trip. Mais si on fait l'effort de parler néerlandais à la côte, la grande majorité des Flamands sont accueillants et passent parfois même spontanément au français. Effort, tolérance, ouverture, j'y crois", écrit-elle ainsi.