A l'issue du verdict, John Maes a expliqué avoir été "très confiant" quant à une bonne issue. "Le fait que cela ait pris autant de temps prouve qu'ils ont tout vérifié et examiné très soigneusement. Le jury a fait un très bon travail", a estimé l'avocat des parties civiles. Un point sur lequel l'a rejoint son confrère Dimitri de Béco, relevant que le jury avait en effet eu besoin de près de cinq heures pour arriver à une décision. L'avocat des parties civiles pointe par ailleurs avec satisfaction la motivation détaillée qui accompagne le verdict du jury. "Il y a des preuves très claires de préméditation, ce qui était une question importante dans le débat. Il y avait des preuves très claires d'assassinat, qui est mis en évidence par la durée des faits, par des scènes de violence interrompues et par plusieurs étranglements. Il a eu l'occasion de s'arrêter et a repositionné le corps plusieurs fois", a ainsi rappelé John Maes. "La semaine a été très difficile pour la famille", a-t-il encore dit. "La famille est soulagée que les faits soient qualifiés d'assassinat. Ils trouvaient cela très important. Demain, je ne viendrai que pour écouter, les parties civiles n'ayant rien à dire dans la détermination de la peine. La mère, la s?ur et le frère de Julie ne seront pas présents non plus à ce moment-là, ils ne veulent jamais être confrontés à l'accusé." De son côté, l'avocat de Steve Bakelmans a expliqué quelle avait été sa position et celle de son client durant le procès: que l'on ne pouvait pas prouver avec certitude que Steve Bakelmans avait commis les actes de manière réfléchie et préméditée. "Nous pensons que l'homicide involontaire et le viol étaient certains, mais qu'il n'était pas question d'assassinat", a développé Me de Béco. "Le jury a pris cinq heures pour y réfléchir, ce qui me fait dire qu'il a aussi pris le temps pour Steve Bakelmans et qu'il a eu un procès équitable. Le jury a vraiment enquêté sur l'affaire, a écouté son histoire et a pris sa décision en connaissance de cause", s'est félicité l'avocat de l'accusé. "L'horreur des faits est exceptionnelle mais le parcours que Steve Bakelmans a eu est également hors du commun", a encore pointé Dimitri de Béco, interrogé sur la peine que risque l'intéressé. "Il appartient maintenant au jury de déterminer une peine appropriée pour mon client." (Belga)

A l'issue du verdict, John Maes a expliqué avoir été "très confiant" quant à une bonne issue. "Le fait que cela ait pris autant de temps prouve qu'ils ont tout vérifié et examiné très soigneusement. Le jury a fait un très bon travail", a estimé l'avocat des parties civiles. Un point sur lequel l'a rejoint son confrère Dimitri de Béco, relevant que le jury avait en effet eu besoin de près de cinq heures pour arriver à une décision. L'avocat des parties civiles pointe par ailleurs avec satisfaction la motivation détaillée qui accompagne le verdict du jury. "Il y a des preuves très claires de préméditation, ce qui était une question importante dans le débat. Il y avait des preuves très claires d'assassinat, qui est mis en évidence par la durée des faits, par des scènes de violence interrompues et par plusieurs étranglements. Il a eu l'occasion de s'arrêter et a repositionné le corps plusieurs fois", a ainsi rappelé John Maes. "La semaine a été très difficile pour la famille", a-t-il encore dit. "La famille est soulagée que les faits soient qualifiés d'assassinat. Ils trouvaient cela très important. Demain, je ne viendrai que pour écouter, les parties civiles n'ayant rien à dire dans la détermination de la peine. La mère, la s?ur et le frère de Julie ne seront pas présents non plus à ce moment-là, ils ne veulent jamais être confrontés à l'accusé." De son côté, l'avocat de Steve Bakelmans a expliqué quelle avait été sa position et celle de son client durant le procès: que l'on ne pouvait pas prouver avec certitude que Steve Bakelmans avait commis les actes de manière réfléchie et préméditée. "Nous pensons que l'homicide involontaire et le viol étaient certains, mais qu'il n'était pas question d'assassinat", a développé Me de Béco. "Le jury a pris cinq heures pour y réfléchir, ce qui me fait dire qu'il a aussi pris le temps pour Steve Bakelmans et qu'il a eu un procès équitable. Le jury a vraiment enquêté sur l'affaire, a écouté son histoire et a pris sa décision en connaissance de cause", s'est félicité l'avocat de l'accusé. "L'horreur des faits est exceptionnelle mais le parcours que Steve Bakelmans a eu est également hors du commun", a encore pointé Dimitri de Béco, interrogé sur la peine que risque l'intéressé. "Il appartient maintenant au jury de déterminer une peine appropriée pour mon client." (Belga)