M. Guaido, président autoproclamé par intérim reconnu par plus de cinquante pays, a fait cette déclaration à l'issue d'un entretien avec le président brésilien Jair Bolsonaro, avant de poursuivre au Paraguay vendredi une tournée destinée à s'assurer des soutiens internationaux. Le président socialiste Nicolas Maduro a déclaré à la télévision américaine ABC News que Juan Guaido "aurait affaire à la justice" pour avoir quitté le territoire vénézuélien malgré l'interdiction de sortie du pays. Evoquant la situation dans son pays englué dans la crise, M. Guaido a déclaré que "300.000 Vénézuéliens risqu(ai)ent de mourir" en raison des pénuries d'aliments et de médicaments. "Ce n'est pas un choix entre Maduro et Guaido, mais un choix entre la démocratie et la dictature, la misère ou la prospérité", a-t-il ajouté. "Nous luttons pour des élections libres, des élections démocratiques". Outre son entretien avec le président Bolsonaro, M. Guaido a été reçu jeudi par le chef de la diplomatie, Ernesto Araujo, et a notamment rencontré les chefs de missions de pays de l'Union européenne. (Belga)

M. Guaido, président autoproclamé par intérim reconnu par plus de cinquante pays, a fait cette déclaration à l'issue d'un entretien avec le président brésilien Jair Bolsonaro, avant de poursuivre au Paraguay vendredi une tournée destinée à s'assurer des soutiens internationaux. Le président socialiste Nicolas Maduro a déclaré à la télévision américaine ABC News que Juan Guaido "aurait affaire à la justice" pour avoir quitté le territoire vénézuélien malgré l'interdiction de sortie du pays. Evoquant la situation dans son pays englué dans la crise, M. Guaido a déclaré que "300.000 Vénézuéliens risqu(ai)ent de mourir" en raison des pénuries d'aliments et de médicaments. "Ce n'est pas un choix entre Maduro et Guaido, mais un choix entre la démocratie et la dictature, la misère ou la prospérité", a-t-il ajouté. "Nous luttons pour des élections libres, des élections démocratiques". Outre son entretien avec le président Bolsonaro, M. Guaido a été reçu jeudi par le chef de la diplomatie, Ernesto Araujo, et a notamment rencontré les chefs de missions de pays de l'Union européenne. (Belga)