Selon des témoins interrogés lors d'une audience publique, M. Cutajar aurait rencontré un homme que la justice considère comme un intermédiaire dans le meurtre de la journaliste et lui aurait demandé notamment où se trouve un enregistrement considéré important dans cette affaire. M. Cutajar a démissionné de son poste de chef de la police en janvier, sous la pression de la société civile, mais l'ouverture de l'enquête marque une étape supplémentaire dans la recherche de la vérité sur ce crime. Daphne Caruana Galizia, une journaliste qui enquêtait sur la corruption à Malte, a été tuée par l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017. Actuellement trois hommes considérés comme de simples exécutants du meurtre de Daphne Caruana sont en procès à La Valette, et un riche homme d'affaires en vue, Jorge Fenech, a été inculpé de complicité alors qu'il tentait de fuir sur son yacht à la mi-novembre. Son arrestation a entraîné la démission du ministre du Tourisme (et précédemment de l'Energie), Konrad Mizzi, et du Keith Schembri, à l'époque chef de cabinet du Premier ministre Joseph Muscat. Interrogé par la police, M. Schembri a été libéré sans poursuites, alors que M. Fenech l'a désigné comme le "vrai commanditaire" du meurtre. En creusant le volet maltais des fameux Panama Papers, la journaliste avait révélé qu'une société de Dubai, la 17 Black, avait versé 2 millions d'euros à MM. Schembri et Mizzi pour des services non précisés. Le consortium de journalistes Daphne Project, qui a repris ses enquêtes, a révélé que la 17 Black appartenait à Fenech. Cette affaire a provoqué un séisme politique dans la petite île et le départ en janvier de M. Muscat, accusé d'avoir interféré et protégé ses collaborateurs dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste. La justice française a annoncé en février l'ouverture d'une enquête concernant l'assassinat de Daphne Caruana Galizia, afin de vérifier si les activités économiques en France d'un suspect ont pu servir à corrompre des responsables maltais. La famille de cette journaliste et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) ont déposé une plainte pour "complicité d'assassinat" et "corruption", visant en particulier M. Fenech, qui possède des hôtels et une écurie de chevaux de course en France, et MM Schembri et Mizzi. (Belga)

Selon des témoins interrogés lors d'une audience publique, M. Cutajar aurait rencontré un homme que la justice considère comme un intermédiaire dans le meurtre de la journaliste et lui aurait demandé notamment où se trouve un enregistrement considéré important dans cette affaire. M. Cutajar a démissionné de son poste de chef de la police en janvier, sous la pression de la société civile, mais l'ouverture de l'enquête marque une étape supplémentaire dans la recherche de la vérité sur ce crime. Daphne Caruana Galizia, une journaliste qui enquêtait sur la corruption à Malte, a été tuée par l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017. Actuellement trois hommes considérés comme de simples exécutants du meurtre de Daphne Caruana sont en procès à La Valette, et un riche homme d'affaires en vue, Jorge Fenech, a été inculpé de complicité alors qu'il tentait de fuir sur son yacht à la mi-novembre. Son arrestation a entraîné la démission du ministre du Tourisme (et précédemment de l'Energie), Konrad Mizzi, et du Keith Schembri, à l'époque chef de cabinet du Premier ministre Joseph Muscat. Interrogé par la police, M. Schembri a été libéré sans poursuites, alors que M. Fenech l'a désigné comme le "vrai commanditaire" du meurtre. En creusant le volet maltais des fameux Panama Papers, la journaliste avait révélé qu'une société de Dubai, la 17 Black, avait versé 2 millions d'euros à MM. Schembri et Mizzi pour des services non précisés. Le consortium de journalistes Daphne Project, qui a repris ses enquêtes, a révélé que la 17 Black appartenait à Fenech. Cette affaire a provoqué un séisme politique dans la petite île et le départ en janvier de M. Muscat, accusé d'avoir interféré et protégé ses collaborateurs dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste. La justice française a annoncé en février l'ouverture d'une enquête concernant l'assassinat de Daphne Caruana Galizia, afin de vérifier si les activités économiques en France d'un suspect ont pu servir à corrompre des responsables maltais. La famille de cette journaliste et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) ont déposé une plainte pour "complicité d'assassinat" et "corruption", visant en particulier M. Fenech, qui possède des hôtels et une écurie de chevaux de course en France, et MM Schembri et Mizzi. (Belga)