Des milliers de personnes ont été bloquées dès le jour du réveillon en divers endroits en raison des incendies dont l'Australie ne vient pas à bout, avec une centaine de foyers en Nouvelles-Galles du Sud et des douzaines d'autres dans le Victoria. La ville de Mallacoota, à équidistance entre Sydney et Melbourne, est emblématique alors que 4.000 personnes y ont été bloquées sur la plage, et s'en sont sorties indemnes. Mais de nombreuses autres entités offrent un visage de chaos similaire, entre les décombres et les tentatives de se mettre à l'abri. Des files de voitures ont commencé à se former le jour de l'An sur les routes alors que les autorités de ces Etats ont recommandé de quitter les zones à risque mercredi. Mais certaines pompes à essence étaient fermées, à court d'essence ou n'acceptaient que des paiements en espèce, ajoutant au chaos. Nombreuses sont les communautés où la visibilité était réduite et la qualité de l'air très dégradée en raison des émanations de fumée. De larges zones du littoral au sud de Sydney étaient en outre privées de courant mais aussi d'accès à la téléphonie et à internet, rendant des communautés vulnérables encore plus isolées. Des images de files devant des supermarchés pour s'approvisionner ont aussi commencé à circuler mercredi. L'armée a finalement été mise à contribution, après près de deux mois de situations exceptionnelles, avec des opérations de sauvetage qui se mettent en place à l'aide d'hélicoptères et de navires. Outre les personnes forcées d'évacuer et désormais bloquées, le bilan des morts au cours des dernières heures s'est encore alourdi avec sept décès confirmés depuis le début de la semaine, dont un pompier volontaire. Sur les trois nouvelles personnes retrouvées mortes le Jour de l'an, deux ont été retrouvées dans leur voiture et une dans sa maison. Le gouvernement australien est de plus en plus critiqué pour son manque d'efficacité dans la gestion de la crise, qui devrait pourtant encore être attisée par des conditions météorologiques favorisant la progression des feux. La désinvolture du Premier ministre Scott Morrison, en vacances fin décembre à Hawaï, et le maintien de l'onéreux feu d'artifice à Sydney le soir de la Saint-Sylvestre passent mal dans l'opinion publique. (Belga)

Des milliers de personnes ont été bloquées dès le jour du réveillon en divers endroits en raison des incendies dont l'Australie ne vient pas à bout, avec une centaine de foyers en Nouvelles-Galles du Sud et des douzaines d'autres dans le Victoria. La ville de Mallacoota, à équidistance entre Sydney et Melbourne, est emblématique alors que 4.000 personnes y ont été bloquées sur la plage, et s'en sont sorties indemnes. Mais de nombreuses autres entités offrent un visage de chaos similaire, entre les décombres et les tentatives de se mettre à l'abri. Des files de voitures ont commencé à se former le jour de l'An sur les routes alors que les autorités de ces Etats ont recommandé de quitter les zones à risque mercredi. Mais certaines pompes à essence étaient fermées, à court d'essence ou n'acceptaient que des paiements en espèce, ajoutant au chaos. Nombreuses sont les communautés où la visibilité était réduite et la qualité de l'air très dégradée en raison des émanations de fumée. De larges zones du littoral au sud de Sydney étaient en outre privées de courant mais aussi d'accès à la téléphonie et à internet, rendant des communautés vulnérables encore plus isolées. Des images de files devant des supermarchés pour s'approvisionner ont aussi commencé à circuler mercredi. L'armée a finalement été mise à contribution, après près de deux mois de situations exceptionnelles, avec des opérations de sauvetage qui se mettent en place à l'aide d'hélicoptères et de navires. Outre les personnes forcées d'évacuer et désormais bloquées, le bilan des morts au cours des dernières heures s'est encore alourdi avec sept décès confirmés depuis le début de la semaine, dont un pompier volontaire. Sur les trois nouvelles personnes retrouvées mortes le Jour de l'an, deux ont été retrouvées dans leur voiture et une dans sa maison. Le gouvernement australien est de plus en plus critiqué pour son manque d'efficacité dans la gestion de la crise, qui devrait pourtant encore être attisée par des conditions météorologiques favorisant la progression des feux. La désinvolture du Premier ministre Scott Morrison, en vacances fin décembre à Hawaï, et le maintien de l'onéreux feu d'artifice à Sydney le soir de la Saint-Sylvestre passent mal dans l'opinion publique. (Belga)