Le Bruxellois "était fils de pâtissier, fier de ses origines", rappelle le parti humaniste. Ministre PSC dans les années 79 à 81, José Desmarets "était un homme d'Etat, au service de la Nation et de tous", selon le président du cdH, Maxime Prévot, qui voit dans la "noblesse de son engagement politique humaniste" un exemple "pour nous tous", selon un message posté sur Twitter. Le cdH salue par ailleurs un homme qui a "toujours combattu les extrêmes, le nazisme comme résistant et comme volontaire de guerre, le communisme lorsqu'il est devenu directeur du journal la Cité. Il a aussi participé au redressement de la Belgique d'après guerre notamment comme acteur de la mise en ?uvre du plan Marchal". En 1982, José Desmarets ainsi que son père, Léon, avaient été reconnus "Justes parmi les Nations" par l'Institut international pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem. Père et fils avaient hébergé, durant la Seconde Guerre mondiale, un homme de Chisinau (Moldavie) fuyant la Gestapo. Dans leur maison de Hal, celui-ci avait partagé la chambre de José, selon les explications de Yad Vashem. Léon Desmarets avait ensuite été déporté en camp de concentration, dont il était revenu à l'issue de la guerre. (Belga)