À l'issue de cette rencontre, John Crombez s'est gardé de déclarations catégoriques, n'excluant aucune option. "Je ne vais rien dire qui pourrait limiter les possibilités". Pour le leader des socialistes flamands, à l'aune des résultats de dimanche, c'est aux grands partis de trouver à présent une solution politique. "Ce n'est pas aux petits partis ou aux perdants de donner la direction des choses. Nous devons être modestes à cet égard", a-t-il commenté. Interrogé sur une possible coalition fédérale quadripartite qui rassemblerait, côté flamand, l'Open Vld, le CD&V, Groen et le sp.a -sans la N-VA donc- le président des socialistes flamands est resté évasif. "Personne n'est au courant de ce scénario pour le moment. Nous avons tous dit ce que nous voulions durant la campagne. Maintenant, il convient de chercher des solutions. Je ne suis pas de ceux qui vont exclure l'une ou l'autre chose, ou les rendre impossibles. Bien au contraire. Je plaide pour que chacun limite ses commentaires et cherche des réponses. J'en vois beaucoup qui devant les caméras disent vouloir trouver des solutions mais qui font des déclarations qui vont en sens contraire. Cela vaut surtout pour Bart De Wever", a taclé M. Crombez. Celui-ci a encore dit vouloir éviter de devoir attendre trop longtemps la formation d'un gouvernement fédéral. "Je n'ai pas envie d'une campagne après les élections. Certains pensent qu'un blocage serait mieux, mais je ne suis pas d'accord avec cela", a conclu le patron des socialistes flamands. (Belga)

À l'issue de cette rencontre, John Crombez s'est gardé de déclarations catégoriques, n'excluant aucune option. "Je ne vais rien dire qui pourrait limiter les possibilités". Pour le leader des socialistes flamands, à l'aune des résultats de dimanche, c'est aux grands partis de trouver à présent une solution politique. "Ce n'est pas aux petits partis ou aux perdants de donner la direction des choses. Nous devons être modestes à cet égard", a-t-il commenté. Interrogé sur une possible coalition fédérale quadripartite qui rassemblerait, côté flamand, l'Open Vld, le CD&V, Groen et le sp.a -sans la N-VA donc- le président des socialistes flamands est resté évasif. "Personne n'est au courant de ce scénario pour le moment. Nous avons tous dit ce que nous voulions durant la campagne. Maintenant, il convient de chercher des solutions. Je ne suis pas de ceux qui vont exclure l'une ou l'autre chose, ou les rendre impossibles. Bien au contraire. Je plaide pour que chacun limite ses commentaires et cherche des réponses. J'en vois beaucoup qui devant les caméras disent vouloir trouver des solutions mais qui font des déclarations qui vont en sens contraire. Cela vaut surtout pour Bart De Wever", a taclé M. Crombez. Celui-ci a encore dit vouloir éviter de devoir attendre trop longtemps la formation d'un gouvernement fédéral. "Je n'ai pas envie d'une campagne après les élections. Certains pensent qu'un blocage serait mieux, mais je ne suis pas d'accord avec cela", a conclu le patron des socialistes flamands. (Belga)