Les achats en ligne sont populaires depuis un certain temps déjà, et ont encore connu une augmentation avec le confinement lié à la crise du coronavirus. "Nos sociétés locales ont raison d'être inquiètes", estime mercredi Joachim Coens, ancien administrateur délégué de la société gérant le port de Zeebruges. "Il y a une forme de concurrence inéquitable, qui doit être rééquilibrée". Le problème des géants du digital n'est pas neuf et pose régulièrement question: leurs revenus sont imposés dans les pays où ils ont des bureaux, alors même qu'ils réalisent des bénéfices dans bien d'autres pays où ils sont actifs sans y être implantés physiquement. Le président du CD&V indique ne pas plaider pour "davantage d'impôts" mais pour "des impôts justes". On peut s'y attaquer à différents niveaux, estime-t-il. "La Belgique peut très bien définir un cadre, tout en continuant à insister au niveau européen en vue d'une solution". (Belga)

Les achats en ligne sont populaires depuis un certain temps déjà, et ont encore connu une augmentation avec le confinement lié à la crise du coronavirus. "Nos sociétés locales ont raison d'être inquiètes", estime mercredi Joachim Coens, ancien administrateur délégué de la société gérant le port de Zeebruges. "Il y a une forme de concurrence inéquitable, qui doit être rééquilibrée". Le problème des géants du digital n'est pas neuf et pose régulièrement question: leurs revenus sont imposés dans les pays où ils ont des bureaux, alors même qu'ils réalisent des bénéfices dans bien d'autres pays où ils sont actifs sans y être implantés physiquement. Le président du CD&V indique ne pas plaider pour "davantage d'impôts" mais pour "des impôts justes". On peut s'y attaquer à différents niveaux, estime-t-il. "La Belgique peut très bien définir un cadre, tout en continuant à insister au niveau européen en vue d'une solution". (Belga)