Sachant que l'homme présentait le "profil social nécessaire" pour cette fonction, en étant proche des milieux associatifs, son nom avait déjà été cité en novembre 2018, lorsque les partenaires étaient sur le point de déposer leur pacte de majorité. C'est finalement Marie-France Mahy qui avait été choisie pour rempiler à la présidence du CPAS, afin, selon la version officielle, de laisser le temps à Jean-Paul Bonjean de se former à la fonction. Sa nomination éventuelle à la présidence du CPAS avait fait grincer des dents sachant qu'il faisait partie des mandataires cités dans le cadre du scandale des comités de secteur de Publifin, l'intercommunale liégeoise devenue Enodia. Né le 5 septembre 1972, Jean-Paul Bonjean est philosophe de formation. D'abord conseiller communal de 2012 à 2018, il est conseiller de l'action sociale depuis janvier 2019. Il reprend le flambeau d'une institution qu'il connaît bien pour avoir travaillé au sein du service d'accueil des demandeurs d'asile au début de sa carrière. "Son implication au sein de l'institution sera placée sous l'angle de la justice sociale et de la lutte contre la précarité et le sans-abrisme. Jean-Paul Bonjean souhaite également stimuler des projets en faveur de l'accès à l'emploi, au logement et à la formation, tout en plaçant l'ensemble de ses actions dans le strict respect des priorités édictées dans les déclarations de politique sociale et communale", souligne-t-on à la Ville de Liège. La place laissée vacante au sein du conseil de l'action sociale sera occupée par Caroline Heylen. Au budget 2020, la dotation de la ville de Liège à son CPAS est majorée de 5,6 %. Ce qui porte la dotation à 27,3 millions d'euros et permettra d'assurer un renfort de personnel (assistants sociaux). (Belga)

Sachant que l'homme présentait le "profil social nécessaire" pour cette fonction, en étant proche des milieux associatifs, son nom avait déjà été cité en novembre 2018, lorsque les partenaires étaient sur le point de déposer leur pacte de majorité. C'est finalement Marie-France Mahy qui avait été choisie pour rempiler à la présidence du CPAS, afin, selon la version officielle, de laisser le temps à Jean-Paul Bonjean de se former à la fonction. Sa nomination éventuelle à la présidence du CPAS avait fait grincer des dents sachant qu'il faisait partie des mandataires cités dans le cadre du scandale des comités de secteur de Publifin, l'intercommunale liégeoise devenue Enodia. Né le 5 septembre 1972, Jean-Paul Bonjean est philosophe de formation. D'abord conseiller communal de 2012 à 2018, il est conseiller de l'action sociale depuis janvier 2019. Il reprend le flambeau d'une institution qu'il connaît bien pour avoir travaillé au sein du service d'accueil des demandeurs d'asile au début de sa carrière. "Son implication au sein de l'institution sera placée sous l'angle de la justice sociale et de la lutte contre la précarité et le sans-abrisme. Jean-Paul Bonjean souhaite également stimuler des projets en faveur de l'accès à l'emploi, au logement et à la formation, tout en plaçant l'ensemble de ses actions dans le strict respect des priorités édictées dans les déclarations de politique sociale et communale", souligne-t-on à la Ville de Liège. La place laissée vacante au sein du conseil de l'action sociale sera occupée par Caroline Heylen. Au budget 2020, la dotation de la ville de Liège à son CPAS est majorée de 5,6 %. Ce qui porte la dotation à 27,3 millions d'euros et permettra d'assurer un renfort de personnel (assistants sociaux). (Belga)