M. Juncker avait promis qu'il livrerait cette contribution aux débats en cours sur l'avenir de l'Union avant un sommet prévu le 25 mars à Rome pour célébrer, sans le Royaume-Uni, les 60 ans du Traité de Rome, fondateur du projet européen. Il "se rendra au Parlement européen pour présenter le Livre Blanc, qui sera adopté demain" par l'ensemble des commissaires européens, a annoncé mardi devant la presse le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas. Le document proposera une série de pistes de réformes, sur lesquelles pourront se baser les dirigeants des 27 pour donner un nouveau cap à l'UE, ébranlée à la fois par le Brexit et une succession de crises, économique comme migratoire. "On parle de possibles options, positives, réalistes, qui aboutissent toutes à l'unité et à la coopération des 27", a précisé M. Schinas. "L'idée, c'est de lancer un vaste processus de réflexion autour de ces options politiques réalistes, crédibles, sur la base desquelles on va avancer dans le futur", a-t-il ajouté. M. Juncker a déjà plaidé publiquement pour une Europe à "plusieurs vitesses" pour dépasser les divisions qui bloquent trop souvent certains projets. (Belga)

M. Juncker avait promis qu'il livrerait cette contribution aux débats en cours sur l'avenir de l'Union avant un sommet prévu le 25 mars à Rome pour célébrer, sans le Royaume-Uni, les 60 ans du Traité de Rome, fondateur du projet européen. Il "se rendra au Parlement européen pour présenter le Livre Blanc, qui sera adopté demain" par l'ensemble des commissaires européens, a annoncé mardi devant la presse le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas. Le document proposera une série de pistes de réformes, sur lesquelles pourront se baser les dirigeants des 27 pour donner un nouveau cap à l'UE, ébranlée à la fois par le Brexit et une succession de crises, économique comme migratoire. "On parle de possibles options, positives, réalistes, qui aboutissent toutes à l'unité et à la coopération des 27", a précisé M. Schinas. "L'idée, c'est de lancer un vaste processus de réflexion autour de ces options politiques réalistes, crédibles, sur la base desquelles on va avancer dans le futur", a-t-il ajouté. M. Juncker a déjà plaidé publiquement pour une Europe à "plusieurs vitesses" pour dépasser les divisions qui bloquent trop souvent certains projets. (Belga)