L'élue N-VA a grandi dans une famille turco-kurde, à Genk. Elle a tenu, après l'annonce du choix de sa personne pour succéder à Elke Sleurs, à remercier ses parents. "Mon père est venu travailler dans le Limbourg dans les années 70. Il a toujours dit: 'ici, tu reçois ta chance, et je veux que vous aussi vous la saisissiez'", a raconté la politicienne de 36 ans. Zuhal Demir a demandé à bénéficier de 20 jours pour se plonger dans les dossiers laissés par Elke Sleurs. Elle s'attend ensuite à une collaboration efficace avec les autres membres du gouvernement, y compris le ministre CD&V Kris Peeters, qu'elle avait surnommé récemment la "nouvelle Madame Non". "Je travaille très bien avec lui, au parlement. (...) Nous allons examiner ensemble, désormais, comment nous pourrions écarter les obstacles freinant l'accès au marché de l'emploi". De retour à Genk depuis l'an dernier, elle ne souhaite pas se prononcer sur une éventuelle candidature au mayorat de la ville limbourgeoise. "Chaque chose en son temps. Je vais le plus rapidement possible me plonger dans mon rôle de secrétaire d'Etat", avance-t-elle prudemment. Bart De Wever a d'ailleurs encore souligné qu'elle avait déménagé récemment d'Anvers à Genk pour des raisons familiales et non politique. (Belga)

L'élue N-VA a grandi dans une famille turco-kurde, à Genk. Elle a tenu, après l'annonce du choix de sa personne pour succéder à Elke Sleurs, à remercier ses parents. "Mon père est venu travailler dans le Limbourg dans les années 70. Il a toujours dit: 'ici, tu reçois ta chance, et je veux que vous aussi vous la saisissiez'", a raconté la politicienne de 36 ans. Zuhal Demir a demandé à bénéficier de 20 jours pour se plonger dans les dossiers laissés par Elke Sleurs. Elle s'attend ensuite à une collaboration efficace avec les autres membres du gouvernement, y compris le ministre CD&V Kris Peeters, qu'elle avait surnommé récemment la "nouvelle Madame Non". "Je travaille très bien avec lui, au parlement. (...) Nous allons examiner ensemble, désormais, comment nous pourrions écarter les obstacles freinant l'accès au marché de l'emploi". De retour à Genk depuis l'an dernier, elle ne souhaite pas se prononcer sur une éventuelle candidature au mayorat de la ville limbourgeoise. "Chaque chose en son temps. Je vais le plus rapidement possible me plonger dans mon rôle de secrétaire d'Etat", avance-t-elle prudemment. Bart De Wever a d'ailleurs encore souligné qu'elle avait déménagé récemment d'Anvers à Genk pour des raisons familiales et non politique. (Belga)