Les forces de police de Bruxelles manquent cruellement de personnel. Il y a une pénurie de 200 agents, le recrutement de nouveau personnel ne se passe pas bien et les agents sont souvent déployés pour des tâches liées à la fonction internationale de Bruxelles. Johan Van den Driessche, le seul conseiller municipal N-VA de l'opposition, a donc préconisé une réforme de l'État et en tout cas une fusion des zones de police de Bruxelles. "Mais les bourgmestres se préoccupent moins de la proximité de la police par rapport aux citoyens que de la proximité de la police par rapport à eux", déclare Van den Driessche.
...

Les forces de police de Bruxelles manquent cruellement de personnel. Il y a une pénurie de 200 agents, le recrutement de nouveau personnel ne se passe pas bien et les agents sont souvent déployés pour des tâches liées à la fonction internationale de Bruxelles. Johan Van den Driessche, le seul conseiller municipal N-VA de l'opposition, a donc préconisé une réforme de l'État et en tout cas une fusion des zones de police de Bruxelles. "Mais les bourgmestres se préoccupent moins de la proximité de la police par rapport aux citoyens que de la proximité de la police par rapport à eux", déclare Van den Driessche.Il y a longtemps que la N-VA est favorable à une zone de police fusionnée, et d'autres partis flamands l'ont déjà proposée. Depuis 2014, la N-VA fournit le ministre de l'Intérieur du gouvernement Michel en la personne de Jan Jambon, et pour l'instant, ce dernier n'a pris aucune mesure en vue d'une fusion. "Le ministre Jambon peut cependant fusionner les zones de police de Bruxelles avec un seul arrêté royal", affirme Bianca Debaets. Tout comme Van den Driessche, la chrétienne-démocrate flamande est dans l'opposition à Bruxelles, et son parti est également membre du gouvernement Michel. Réponse de Van den Driessche : "Jambon ne peut pas confier la direction de la zone de police au ministre-président de la Région bruxelloise. La police resterait alors sous la direction des dix-neuf bourgmestres."Roel Jacobs était également de la partie. Il se présente pour le PS en tant que néerlandophone bruxellois - et non flamand. "Nous ne sommes pas du tout contre une réorganisation des frontières bruxelloises", a-t-il répondu. Malheureusement, ces frontières ont été fixées par les Wallons et les Flamands au Parlement fédéral. Nous aimerions examiner cette question, mais nous ne voulons pas tout mettre dans le même panier. Comme vous le savez, à la Région, une minorité de Flamands peut bloquer les décisions. Je ne sais pas pourquoi cela devrait être le cas pour des pouvoirs locaux comme la police".Une zone de police fusionnée ne résoudrait évidemment pas tous les problèmes de sécurité à Bruxelles. Il faut entrer dans un commissariat de police bruxellois ", observe Els Ampe de l'Open VLD. "Souvent, personne ne sait où se trouve le procureur. La Justice est un trou noir où disparaissent beaucoup de choses, et personne ne sait ce qui en ressort par la suite." Même Groen a dénoncé le manque d'agents bruxellois. Je connais des homosexuels qui sont agressés dans la rue et qui s'entendent dire par les policiers qu'il vaut mieux sortir dans d'autres quartiers ", dit Bart Dhondt. Il ne sert à rien de porter plainte parce qu'il n'y a aucun suivi. De tels commentaires sont vraiment inacceptables."Outre la sécurité, la mobilité était également un thème important. Bruxelles a aménagé le piétonnier dans le centre-ville. Personne n'a plaidé en faveur de sa suppression, mais il y a eu beaucoup de commentaires sur la communication concernant son lancement et l'état dans lequel il se trouve actuellement. Le bourgmestre voulait la plus grande zone piétonne d'Europe ", a déclaré Debaets. "En fin de compte, c'est devenu la zone piétonne la plus laide d'Europe."Els Ampe a également réitéré son appel à cesser de construire davantage de logements sociaux. Bruxelles n'a pas besoin de quartiers où les jeunes grandissent parmi les personnes sans travail et où ils ne voient pas de bons modèles sur lesquels ils pourraient s'appuyer. Il y a beaucoup de gens sur une liste d'attente pour un tel foyer social ", a répondu Ans Persoons de Change.Brussels, la liste ouverte citoyenne où figure la socialiste flamande. "Ces personnes ont besoin d'une telle maison : sans un toit au-dessus de leur tête, il ne peut y avoir de progrès social. Toutefois, ces logements sociaux devraient être mieux répartis sur l'ensemble du territoire bruxellois".