Cette note est approuvée après un début de législature mouvementé pour le secteur, marqué par d'importantes manifestations contre les économies réalisées sur les subsides par projet. "Je comprends que le secteur culturel a actuellement d'autres préoccupations que cette note de vision, mais je suis légalement obligé de la déposer le 1er avril", a expliqué Jan Jambon, en référence à la pandémie de coronavirus qui touche aussi la Belgique. Le ministre de la N-VA souligne que les changements apportés par cette note ne sont pas motivés par une logique d'économies. "Pour moi, le rayonnement artistique de la Flandre passe avant tout." Il s'agit de "conserver l'art flamand au sommet international pour les 20 prochaines années." L'intention de Jan Jambon est de mettre en place un paysage culturel à quatre composantes. Il y aura d'abord le "champ large" avec des subsides pour cinq ans. Ensuite, "l'espace dynamique" qui comprendra les subsides par projets. S'y ajoutent les "institutions artistiques" (telles que l'Ancienne Belgique) et les "institutions centrales". Les acteurs figurant dans cette dernière catégorie recevront une vision sur leurs subsides au-delà de cinq ans. Leur rôle leur sera clairement défini dans un contrat de gestion qui sera évalué sur la base de visites et d'audits. Afin de mettre en ?uvre les modifications décrétales, le cycle de subventions du 1er décembre 2020 sera reporté au maximum d'un an. (Belga)

Cette note est approuvée après un début de législature mouvementé pour le secteur, marqué par d'importantes manifestations contre les économies réalisées sur les subsides par projet. "Je comprends que le secteur culturel a actuellement d'autres préoccupations que cette note de vision, mais je suis légalement obligé de la déposer le 1er avril", a expliqué Jan Jambon, en référence à la pandémie de coronavirus qui touche aussi la Belgique. Le ministre de la N-VA souligne que les changements apportés par cette note ne sont pas motivés par une logique d'économies. "Pour moi, le rayonnement artistique de la Flandre passe avant tout." Il s'agit de "conserver l'art flamand au sommet international pour les 20 prochaines années." L'intention de Jan Jambon est de mettre en place un paysage culturel à quatre composantes. Il y aura d'abord le "champ large" avec des subsides pour cinq ans. Ensuite, "l'espace dynamique" qui comprendra les subsides par projets. S'y ajoutent les "institutions artistiques" (telles que l'Ancienne Belgique) et les "institutions centrales". Les acteurs figurant dans cette dernière catégorie recevront une vision sur leurs subsides au-delà de cinq ans. Leur rôle leur sera clairement défini dans un contrat de gestion qui sera évalué sur la base de visites et d'audits. Afin de mettre en ?uvre les modifications décrétales, le cycle de subventions du 1er décembre 2020 sera reporté au maximum d'un an. (Belga)