Jambon: "une meilleure ambiance qu'hier"

07/12/18 à 14:19 - Mise à jour à 15:21

Source: Belga

A la demande de la N-VA, le conseil des ministres se réunira vendredi ou ce week-end sur le pacte de l'ONU sur les migrations. Entre-temps, le Premier ministre organise des réunions bilatérales avec les vice-premiers ministres pour organiser les travaux.

Jambon: "une meilleure ambiance qu'hier"

© AFP

"J'ai mis le point à l'agenda aujourd'hui/vendredi ou samedi en kern et au conseil des ministres", a confirmé le vice-premier ministre N-VA Jan Jambon. Le Premier ministre Charles Michel est censé décoller dimanche pour Marrakech. "Cela lui appartient, j'ai demandé un kern et un conseil des ministres, cela a été accepté. Il peut aller mais pas approuver le pacte à Marrakech, pas non plus à New York", a averti M. Jambon.

Pour la N-VA, si le Premier ministre se rend à Marrakech, il devra dire qu'il n'existe pas de consensus sur le pacte au sein du gouvernement. "S'il est présent et qu'il se tait, c'est une approbation tacite; il doit dire quelque chose", a souligné M. Jambon. Pour le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo, il était clair dans les semaines qui ont précédé qu'il existait un consensus au sein du gouvernement et des Régions et le parlement a donné jeudi un mandat. "S'il apparaît qu'on ne peut pas tourner la page il faut chercher une solution", a-t-il regretté, confirmant l'organisation prochaine d'un conseil des ministres. Il juge enfin "prématurée" la chute du gouvernement.

Le Premier ministre Charles Michel convoquera, ce vendredi ou ce week-end, un kern et un conseil des ministres consacrés au pacte de l'ONU sur les migrations, a confirmé le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA). Selon ce dernier, la réunion de ce vendredi a été "constructive" après les débats "enflammés", jeudi, au Parlement.

Francken dénonce l'"agression" des partenaires de la coalition

"Je suis choqué par l'agression des partenaires de la coalition", a-t-il indiqué à la VRT en arrivant vendredi au conseil des ministres. "Je suis choqué par l'empressement et l'agression du CD&V et de l'Open Vld à la Chambre, pour pouvoir malgré tout obtenir un amendement, ensemble avec les 'partis des frontières ouvertes'", a-t-il dit en référence à la résolution adoptée jeudi soir par une majorité alternative composée des libéraux, du CD&V, des socialistes, des écologistes, du cdH, de DéFI et du PTB. Cette résolution ne plaide pas en faveur des frontières ouvertes mais demande au gouvernement d'approuver le pacte de l'Onu sur les migrations.

"Ce n'est pas très élégant", a poursuivi le secrétaire d'Etat N-VA. "Un pacte migratoire ne peut pas lier la Belgique", a-t-il répété vendredi matin sur Facebook. "Je me battrai contre cela jusqu'à la dernière seconde", a-t-il ajouté. Selon lui, il en va de la souveraineté de la Belgique et de la Flandre. "L'idée selon laquelle les Flamands doivent pouvoir décider seul de leur avenir appartient à l'ADN de notre parti. C'est pour cela que nous nous battons pour une indépendance flamande par le biais d'un modèle de gestion confédérale", a-t-il expliqué.

Le secrétaire d'Etat a encore dénoncé le "carcan" international qui enserre la politique migratoire, qu'il s'agisse de la Commission européenne et des juridictions européennes ou des Nations unies. Interrogé sur la chute possible du gouvernement vendredi, il a soupiré en lâchant en anglais: "Dieu seul le sait...

Jambon: "une meilleure ambiance qu'hier"

© Belga

La proposition de résolution du parlement bruxellois adoptée à l'unanimité en commission

La commission des Affaires générales du parlement bruxellois a adopté vendredi, à l'unanimité, peu après 13h30, la proposition de résolution demandant au gouvernement régional d'insister auprès du gouvernement fédéral sur la nécessité d'adopter, sans condition, le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Présents, des élus de la N-VA et du Vlaams Belang - qui n'y ont pas de droit de vote, leurs formations ne disposant pas du statut de groupe - ont dit tout le mal qu'ils pensaient de la démarche. Le texte sera examiné durant l'après-midi au cours de la séance plénière. La proposition de résolution a été déposée par Fatoumata Sidibé (DéFI). Elle a été co-signée par une majorité élargie de groupes parlementaires. Vincent De Wolf (MR) fait partie des co-signataires. En commission, il a pris part au vote unanime en faveur du texte.

La Flandre ne veut pas que les discussions soient "importées" au niveau régional

Alors que le gouvernement fédéral se déchire sur l'approbation du pacte de l'ONU sur les migrations, le gouvernement flamand a redit, vendredi, qu'il ne voulait pas que cette discussion soit "importée" au niveau régional.

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a ainsi répété que l'accès au territoire reste une compétence exclusivement fédérale. Quant aux aspects du pacte onusien qui touche les compétences régionales, comme l'intégration, ils ne posent pas de problème particulier. "Mais nous n'allons pas importer des discussions qui ne concernent pas nos compétences", a-t-il assuré.

Geert Bourgeois

Geert Bourgeois © belgaimage

Pour les libéraux et le CD&V, le parlement a été clair et le Premier ministre a répondu

Les libéraux et le CD&V estiment que le parlement a été très clair jeudi en demandant au gouvernement d'approuver le pacte sur les migrations et que le Premier ministre y a répondu en indiquant qu'il se rendra lundi à Marrakech. Ils entendent continuer le travail au sein du gouvernement, estimant que si la N-VA dépose un point sur le pacte des migrations à l'ordre du jour du conseil des ministres ou du conseil restreint, il en va de sa responsabilité.

La résolution parlementaire donne "une obligation morale" au gouvernement, a jugé le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo. "Le parlement a été très clair et le Premier ministre s'est exprimé. A présent, il faut avancer et cesser les opinions divergentes", a-t-il précisé, en arrivant vendredi au conseil des ministres.

Alexander De Croo

Alexander De Croo © Belgaimage

Pour le vice-premier ministre MR Didier Reynders également, "il y a une position très claire des groupes parlementaires et une réponse a été donnée par le Premier ministre". Le chef de file du CD&V Kris Peeters est venu au conseil des ministres pour "travailler". Quarante points figurent à l'ordre du jour, le pacte des migrations n'en fait pas partie. "Si la N-VA souhaite l'ajouter, elle doit amender l'ordre du jour", a-t-il dit. Selon lui aussi, "une majorité des deux tiers s'est exprimée très clairement en faveur du pacte et le Premier ministre a été très clair sur de nombreux éléments, (il peut approuver le pacte à Marrakech) en tant que Premier ministre de ce pays, représentant du régional, de la concertation (intra-belge)".

La N-VA a préféré éviter les caméras. Le vice-premier ministre Jan Jambon et les ministres Johan Van Overtveldt et Sander Loones sont arrivés au 16 rue de la Loi après leurs collègues.

Jeudi, au parlement, le Premier ministre a indiqué qu'il se rendrait lundi à la conférence de Marrakech sur le pacte des migrations, "obligé à titre personnel" par le parlement. Dans la soirée, le parlement a voté une résolution demandant au "gouvernement" d'approuver le pacte. Le point ne figure cependant pas à l'ordre du jour de la réunion de vendredi. Le gouvernement n'a pas non plus prévu à ce stade de se réunir en comité ministériel restreint. Pour changer l'agenda, il faut le faire au "consensus", rappelait-on vendredi.

Jambon: "une meilleure ambiance qu'hier"

© Belga

Jeudi soir, le chef de groupe N-VA Peter De Roover a de son côté indiqué que le débat parlementaire avait permis de clarifier le fait que l'adoption du pacte des migrations était du ressort du gouvernement, que le gouvernement n'avait pas pris une décision en ce sens, et que l'on constaterait vendredi l'absence de "consensus" sur ce point au sein du gouvernement.

En savoir plus sur:

Nos partenaires