Près de deux ans après le Brexit, les Premiers ministres du Royaume-Uni, Boris Johnson, et de Belgique, Alexander De Croo, ont signé il y a une semaine, à l'issue d'un entretien en visioconférence, une déclaration commune exprimant leur intention d'ouvrir un nouveau chapitre de coopération bilatérale et de partenariat plus approfondi, même si les points d'achoppement restent nombreux. Les deux chefs de gouvernement ont notamment convenu de redoubler d'efforts dans la lutte contre les migrations illégales, y compris depuis le port de Zeebrugge. Ils veulent également travailler avec les pays voisins pour empêcher les passages illégaux et lutter contre les réseaux de passeurs. La Flandre n'a pas été impliquée, bien que les ports soient une compétence régionale, a regretté Jan Jambon. "La Flandre n'a pas été impliquée dans l'élaboration de l'accord et aucune mention n'a été faite de l'implication des entités fédérées. Mon cabinet a contacté celui du Premier ministre pour exprimer notre mécontentement. Bien qu'aucun engagement concret n'ait été pris à propos de nos compétences, nous n'avons pas été consultés ni informés au préalable de cette déclaration commune. Elle nécessite pourtant à l'avenir une coordination au sein de la Belgique." (Belga)

Près de deux ans après le Brexit, les Premiers ministres du Royaume-Uni, Boris Johnson, et de Belgique, Alexander De Croo, ont signé il y a une semaine, à l'issue d'un entretien en visioconférence, une déclaration commune exprimant leur intention d'ouvrir un nouveau chapitre de coopération bilatérale et de partenariat plus approfondi, même si les points d'achoppement restent nombreux. Les deux chefs de gouvernement ont notamment convenu de redoubler d'efforts dans la lutte contre les migrations illégales, y compris depuis le port de Zeebrugge. Ils veulent également travailler avec les pays voisins pour empêcher les passages illégaux et lutter contre les réseaux de passeurs. La Flandre n'a pas été impliquée, bien que les ports soient une compétence régionale, a regretté Jan Jambon. "La Flandre n'a pas été impliquée dans l'élaboration de l'accord et aucune mention n'a été faite de l'implication des entités fédérées. Mon cabinet a contacté celui du Premier ministre pour exprimer notre mécontentement. Bien qu'aucun engagement concret n'ait été pris à propos de nos compétences, nous n'avons pas été consultés ni informés au préalable de cette déclaration commune. Elle nécessite pourtant à l'avenir une coordination au sein de la Belgique." (Belga)