La prochaine réunion doit normalement avoir lieu jeudi (le 23), mais, vu les chiffres récents faisant craindre une recrudescence de l'épidémie, M. Jambon estime que le CNS doit se réunir avant cette date. Le ministre-président a communiqué ce souhait à la presse vendredi, après un Conseil des ministres flamands. La hausse du nombre de contaminations au coronavirus est source de "grands soucis" chez Jan Jambon. "Nous devons aborder les choses intelligemment et avec fermeté, mais ne pas paniquer. Nous avons tiré des leçons des mois précédents. Nous sommes convaincus d'être mieux armés aujourd'hui pour maitriser cette pandémie", ajoute le ministre-président flamand. Le nationaliste en profite pour refaire un appel à la population: il faut être conscient de la "gravité de la situation" et continuer de respecter strictement les règles, avec la distanciation, le port du masque, les règles d'hygiène, etc. Certains "pensent que le pire est derrière nous", déplore-t-il. "Et certainement maintenant que c'est l'été, on a l'impression que tout le monde se fait un peu plus nonchalant". Selon M. Jambon, les ministres suivent la situation "minute par minute". (Belga)

La prochaine réunion doit normalement avoir lieu jeudi (le 23), mais, vu les chiffres récents faisant craindre une recrudescence de l'épidémie, M. Jambon estime que le CNS doit se réunir avant cette date. Le ministre-président a communiqué ce souhait à la presse vendredi, après un Conseil des ministres flamands. La hausse du nombre de contaminations au coronavirus est source de "grands soucis" chez Jan Jambon. "Nous devons aborder les choses intelligemment et avec fermeté, mais ne pas paniquer. Nous avons tiré des leçons des mois précédents. Nous sommes convaincus d'être mieux armés aujourd'hui pour maitriser cette pandémie", ajoute le ministre-président flamand. Le nationaliste en profite pour refaire un appel à la population: il faut être conscient de la "gravité de la situation" et continuer de respecter strictement les règles, avec la distanciation, le port du masque, les règles d'hygiène, etc. Certains "pensent que le pire est derrière nous", déplore-t-il. "Et certainement maintenant que c'est l'été, on a l'impression que tout le monde se fait un peu plus nonchalant". Selon M. Jambon, les ministres suivent la situation "minute par minute". (Belga)