Pour autant, Jean-Luc Mélenchon, qui prenait la parole pour la première fois depuis son discours de défaite le soir du 23 avril, n'a donné aucune consigne de vote à ses partisans, dénonçant au contraire "les injonctions" à se rallier à la candidature d'Emmanuel Macron pour contrer Marine Le Pen. "Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un guide. Vous allez prendre une décision. Je vous connais assez pour savoir ce que vous ne ferez jamais. Tout le monde a compris. Mais vous n'en obtiendrez pas d'avantage, vous ne me tordrez pas les bras et vous ne les tordrez pas aux millions des gens qui m'ont fait l'honneur de voter pour moi", a-t-il encore déclaré. (Belga)

Pour autant, Jean-Luc Mélenchon, qui prenait la parole pour la première fois depuis son discours de défaite le soir du 23 avril, n'a donné aucune consigne de vote à ses partisans, dénonçant au contraire "les injonctions" à se rallier à la candidature d'Emmanuel Macron pour contrer Marine Le Pen. "Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un guide. Vous allez prendre une décision. Je vous connais assez pour savoir ce que vous ne ferez jamais. Tout le monde a compris. Mais vous n'en obtiendrez pas d'avantage, vous ne me tordrez pas les bras et vous ne les tordrez pas aux millions des gens qui m'ont fait l'honneur de voter pour moi", a-t-il encore déclaré. (Belga)